24 août 2019

[Mgr Williamson - Initiative St Marcel] Post-modernité - II

SOURCE - Mgr Williamson - Initiative St Marcel - 24 août 2019

La vérité serait désormais dépassée ?
Rancœur ou Indigence ? Le Christ est Vérité !

On rencontre parfois l’expression « post-moderne » ou « post-modernité ». On peut se demander ce que signifient ces mots, à quoi ils font référence. Qu’est-ce que la « modernité » ? Il est raisonnable de supposer que le terme a d’abord renvoyé à l’époque suivant la seconde guerre mondiale, à partir de 1945. C’était la période où la civilisation devait s’extraire des amas de ruines pour s’engager sur une voie nouvelle. Mais 1945, c’est maintenant il y a près de trois quarts de siècle. Or 74 ans, c’est trop long pour que le temps ait passé sans donner quelque chose de différent. Ne voit-on pas qu’à tout instant le monde tourne ? – « Volvitur orbis ». Or, jamais le monde n’a tourné aussi vite qu’au XXIe siècle. Pour cette raison, quelle que soit la forme que prenne aujourd’hui le monde, on va l’appeler « post-moderne ».

Mais alors quelle forme le monde prend-il aujourd’hui ? Il arrive que le cœur même de la « post-modernité » a pu être exprimé dans un livre intitulé La Culture comme religion ; l’interprétation post-moderne de la relation entre la culture et la religion, de Wojcieck Niemczewski. Résumons en deux paragraphes sa thèse :

Nous vivons une époque où surviennent des changements de toutes sortes. Mais les vieux principes religieux et philosophiques freinent cette avancée. Ils ne correspondent plus à la réalité d’aujourd’hui qui évolue plus vite que jamais. Désormais, nous faisons l’expérience de la « culture du choix », y intégrant tous les éléments culturels que nous voulons, pour construire le monde à notre guise, selon notre vision. Cette possibilité de choisir devient alors l’étendard de la liberté, qui nous permet de nous mettre toujours au diapason de la vie moderne, mais qui remplace l’ancien étendard, celui de la vérité.

Finalement, cette culture post-moderne n’impose rien : aucune norme, aucune obligation, aucune exigence. Elle n’atteint pas non plus une quelconque transcendance dans cette vie, car si Dieu peut exister, c’est uniquement en nous-mêmes. Or, dans notre subjectivité, à l’intérieur de nous-même, Il dépend de nous ! L’homme post-moderne veut toujours être au diapason de son temps, c’est-à-dire avec le mouvement et le changement. Mais, pour cet homme, à quoi rime ce mouvement sans fin ? A quoi ce changement est-il ordonné ? L’homme n’en a aucune idée, parce qu’il s’est rendu incapable de définir vers où il va. Ainsi, même si les hommes s’en tiennent à la Tradition, celle-ci est susceptible d’être absorbée dans cette nouvelle culture.

Au temps de Noé (cf. Genèse, VI-IX, surtout VI, 1–13) l’humanité avait atteint un tel degré de corruption que si le Bon Dieu voulait encore sauver un nombre important d’âmes, Il fut obligé d’avoir recours à un châtiment embrassant le monde entier. Ce n’est qu’ainsi qu’il pouvait donner, au moins à quelques âmes, le désir et le temps de faire un bon acte de contrition. Et depuis, en raison du péché originel, il n’y a que les interventions divines qui restent en mesure de ralentir ou d’inverser l’inclination de l’humanité vers sa chute finale. Bien sûr, la plus grande de ces interventions fut l’Incarnation de Jésus-Christ. Mais « Plus on est élevé, plus dure sera la chute ». Donc après encore 2000 ans, il était prévisible que si Dieu voulait le permettre, la condition humaine deviendrait pire que jamais. Or, de toute évidence (Lc XVIII, 8), Dieu a voulu permettre qu’avant la fin du monde, l’Église de son Fils disparaisse presque entièrement. Quelle forme cette disparition prendra-t-elle ? Nous l’entrevoyons dans la description que donne Niemczewski de la « nouvelle culture ».

Et cette description nous invite à distinguer de la manière suivante entre « moderne » et « post-moderne ». La culture « moderne » serait cette culture globale du nihilisme, typique de la période suivant la Seconde Guerre mondiale : les cœurs et les esprits étaient vidés de toute conviction, de toute croyance, d’espoir ou de confiance. Mais les cœurs et les esprits n’étaient pas encore totalement désintégrés. On gardait encore le souvenir de ce qu’on avait perdu, et ce souvenir était douloureux dans les âmes. Par contre la « post-modernité » serait la suite logique de cette douleur, à savoir l’auto-destruction des restes du cœur et de l’intelligence par la volonté, afin que la douleur disparaisse avec. Donc je renonce délibérément à la vérité pour que mon esprit puisse planer dans un pays de fleurs et de mensonges merveilleux dont je m’efforce d’oublier que ce sont des mensonges. Mon cœur, libéré de la réalité et bercé d’illusions, vagabonde à son tour dans un pays de rêves, rempli de senteurs douces et sucrées où tout demeure ainsi à tout jamais.

Mais, dit le proverbe, « Les faits sont têtus ». Certes, un grand nombre d’intelligences et de cœurs modernes ont rompu les amarres et refusent tout repère. mais vent et marée demeurent vent et marée. Or, les ennemis acharnés du Bon Dieu, eux, ne perdent point le sens du réel : ils veulent faire descendre toute âme réelle dans l’Enfer réel. Ah ! si seulement les amis de Dieu respectaient comme Ses ennemis l’étendard de la vérité !

Kyrie eleison.

18 août 2019

[Janlou Chaput-Morin - La Nouvelle République] Thouars. Les traditionnalistes catholiques ont des valeurs à défendre

SOURCE - Janlou Chaput-Morin - La Nouvelle République - 18 aout 2019

Regroupée pour l’Assomption, la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X véhicule des valeurs traditionalistes et fondamentalistes du catholicisme.

Elle n’ouvre ses portes que pour les grandes occasions. La collégiale Sainte-Chapelle Notre-Dame, accolée au château de Thouars, n’accueille pas les visiteurs toute la journée, comme le font d’autres lieux pieux. Tenue par la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, une communauté catholique fondamentaliste et traditionaliste, elle devient accessible lors des célébrations religieuses qui s’y tiennent. Comme celle qui s’est déroulée le 15 août, pour l’Assomption, où une masse d’une centaine de fidèles a pris part à la courte procession en l’honneur de la Vierge Marie dans les rues du centre ancien, avant un office assuré par l’abbé Louis Pierrone.
Combien comptez-vous de fidèles au sein de votre communauté, à Thouars ?
Abbé Pierrone : « D’ordinaire, les messes sont célébrées devant 80 à 90 personnes. Jeudi, il y avait un peu plus de monde car c’était le principal événement du prieuré, qui recouvre différentes chapelles : Saumur, Chemillé-en-Anjou, Angers et bien sûr Thouars, où le 15 août est bien ancré. »
Votre fraternité n’est pas vraiment en odeur de sainteté avec le Vatican. La situation évolue-t-elle favorablement pour vous ?
« La situation n’évolue pas vraiment. Le pape François nous reconnaît comme catholiques, mais il y a des divergences de point de vue. Eux souhaitent s’adapter à la modernité, mais le problème c’est qu’ils ont toujours un train de retard. Nous, nous voulons garder la tradition de l’Église, telle qu’elle a été transmise par Dieu. Il nous a donné sa doctrine, pourquoi aurait-il voulu qu’elle change ? »
Que reprochez-vous aux messes modernes ?
« Elles sont devenues une grosse fête, entraînant la disparition de gestes d’adoration. À vouloir faire des événements sympathiques, on en perd le sacré, qui est l’essence même de notre religion. Nous préférons favoriser le sacré, au détriment du côté festif. »
On décrit votre fraternité comme traditionaliste et intégriste. Ces appellations vous gênent-elles ?
« Nous respectons les traditions originelles de l’Église, ce qui fait de nous des traditionalistes. Quant à l’intégrisme, si on le prend au sens premier, nous sommes intègres, oui. »
Des catholiques sont sortis manifester dans les rues pour des questions sociétales ces dernières années. Comment s’est positionnée votre communauté ?
« Nous sommes d’abord les organisateurs d’événements religieux, non de manifestations. Mais nous défendons aussi la doctrine de notre Église, notamment en ce qui concerne le respect de la vie et du mariage. Nous encourageons donc nos fidèles à s’engager dans ces combats. »
La fraternité compte-t-elle s’engager politiquement ?
« Nous ne nous mélangeons pas aux partis politiques. Néanmoins, s’il y avait un vrai parti catholique aujourd’hui, il est plausible que nous le soutiendrions. Malheureusement, cela ne semble pas être la priorité des politiciens. »

17 août 2019

[Mgr Williamson - Initiative St Marcel] La voix du peuple - II

SOURCE - Mgr Williamson - Initiative St Marcel - 17 août 2019

Le démon dans sa haine, quand il combat sur terre,
Est en lutte avec Dieu pour peupler les enfers.

L’interview du Président Poutine donnée au Financial Times en juin dernier, partiellement résumée ici et que nous avons citée la semaine dernière, est désormais célèbre, car l’annonce prophétique selon laquelle « l’ idée libérale » a fait son temps et se trouve aujourd’hui dépassée, touche un point sensible chez les politiciens et les médias occidentaux. Ils ont réagi vivement, semblables à des fourmis dont la fourmilière a été dérangée avec un bâton. Que signifie cette prophétie, et qu’est-ce qui explique la réaction occidentale à celle-ci ? Afin de comprendre ce qui est au cœur de son propos, commençons par un résumé du résumé. L’interview originale aborde de nombreux thèmes, mais ce qui est dit sur le libéralisme est en effet le plus important des sujets abordés.

Le Président part du problème pratique que représente pour les peuples occidentaux l’immigration massive d’étrangers inassimilables dans leurs pays. Sur le terrain, le multiculturalisme ne fonctionne pas, tout simplement. Mais le libéralisme des élites qui sont à la tête de l’Occident, leur fait traiter l’ immigration non pas comme un problème, mais comme une avancée faisant partie du progrès. Si bien qu’ils ne font rien pour l’arrêter, ni la contrôler. Mais les États peuvent-ils survivre sans certaines règles humaines et sans ces valeurs morales fondamentales qui, en Occident, ont été tirées de la Bible ? Le mépris des élites libérales pour ces valeurs bibliques, encore vivantes parmi les peuples, prouve que leur libéralisme est déphasé par rapport à la réalité et se trouve désormais obsolète. Il est certes souhaitable que l’antilibéralisme ne se transforme pas à son tour en tyrannie, mais la mainmise actuelle des libéraux sur la politique et les médias occidentaux est déjà une véritable tyrannie, et elle doit prendre fin.

En bref, les valeurs libérales sont opposées aux valeurs bibliques. Les valeurs bibliques ont construit les nations occidentales. Donc les valeurs libérales sont en train de détruire ces pays. Il est donc temps que les valeurs libérales cessent de nuire à l’Occident. Sur ce point, Poutine a pleinement raison mais, parce que c’est un politicien et non un théologien, il ne peut donner à l’argument toute sa force ; il ne peut se fonder sur des absolus tels que le Dieu Tout-Puissant et les dix Commandements : Il doit se contenter d’invoquer la présence des valeurs bibliques encore en cours parmi les peuples occidentaux. Aujourd’hui, après 70 ans d’effroyables souffrances subies sous le communisme juif, le peuple russe revient au Christ de l’ Orthodoxie, si bien que Poutine peut s’appuyer sur le retour de son propre peuple aux valeurs bibliques. Mais trouve-t-on quoi que ce soit de chrétien dans la résistance des peuples occidentaux à l’immigration massive ? A peine. Par contre on y trouve une participation décisive des ennemis du Christ dans l’organisation et le financement de l’immigration massive. (Les lecteurs de ces « Commentaires » se souviendront peut-être des propos de Barbara Specter, Juive en Suède, qui se vantait du fait que c’est sa race qui est derrière l’immigration, « nécessaire pour sauver l’Europe » – entendez : pour la sauver du Christ).

Ainsi, lorsque Poutine fonde son argumentation pour les nations occidentales sur leur fidélité aux valeurs bibliques, qui peut nier que celles-ci s’érodent de plus en plus vite ? « Soyez remercié, Monsieur le Président, de vouloir nous défendre comme vous le faites, mais en toute honnêteté, libéraux que nous sommes, nous n’apprécions guère votre défense. Nous aimons notre libéralisme parce qu’il nous donne la liberté de pécher comme bon nous semble. Vous essayez de nous sauver de nous-mêmes, mais nous vénérons Mammon (l’argent), et nous adorons notre liberté, égalité et fraternité. Nous choisissons d’aller en enfer. Ayez la bonté de nous laisser tranquilles. Nous avons mis des siècles à nous débarrasser de Dieu, et nous ne voulons pas qu’il revienne. » Telle est la réaction de l’Occident, implicitement sinon explicitement, à l’approche politique de Poutine. Il faudrait des apôtres de feu pour camper le besoin de la religion dans les termes les plus absolus :

De toute éternité, Dieu existe, immuable. Librement Il a choisi de créer des créatures spirituelles, les anges, et les hommes faits à partir de matière tirée de la terre, afin d’avoir des êtres avec qui partager Son bonheur infini. Mais Il n’a jamais voulu peupler Son Ciel de simples robots. C’est pourquoi, chaque créature spirituelle a reçu le libre arbitre et doit encore en faire usage pour passer avec Lui l’ éternité au Ciel plutôt que sans Lui en Enfer. Pourtant, un tiers des anges, tout comme le couple à l’origine du genre humain, ont préféré l’Enfer. Alors, Il a élu une race pour préparer à son divin Fils un berceau, afin que celui-ci revête la nature humaine et puisse réparer cette faute. Mais la race qu’Il s’était élue a crucifié son Fils. Et depuis, elle combat l’Église instituée par son Fils pour la rédemption des âmes jusqu’à la fin du monde. Ce combat est une guerre cosmique, jouant le rôle moteur dans les événements mondiaux.

Kyrie eleison.

10 août 2019

[Mgr Williamson - Initiative St Marcel] La voix du peuple - I

SOURCE - Mgr Williamson - Initiative St Marcel - 10 août 2019


Le dirigeant russe fait confiance au choix du peuple –
Mais le choix du peuple est-il celui de Dieu ?


Reportons-nous sur le site en.​kremlin.​ru/​events/​president/​news/​copy/​60836, où l’on trouve une importante interview du Président Poutine datant de juin dernier. Nous la résumons ci-dessous en partie. Nous l’analyserons la semaine prochaine dans ces “Commentaires”.

« Que se passe-t-il donc en Occident . . . et en Europe ? Les élites dirigeantes sont maintenant coupées du peuple par un énorme fossé séparant l’intérêt des élites de celui de l’écrasante majorité de la population . . . . Cela signifie que le libéralisme n’a plus sa raison d’être car, comme l’ont admis nos partenaires occidentaux, les idées libérales, telles que le multiculturalisme, ne fonctionnent plus.

Lorsque l’afflux de migrants porta en Europe occidentale le problème de l’immigration à son paroxysme, nombreux furent ceux qui reconnurent que le multiculturalisme ne marche plus, et qu’il était temps de prendre en compte les intérêts de la population autochtone. Il est possible que la construction d’un mur entre le Mexique et les États-Unis soit une solution extrême . . . mais au moins le président Trump cherche une solution. Qui d’autre s’occupe du problème ? . . . L’Américain moyen se dit : « Il fait bien ; au moins il tente quelque chose et cherche des solutions ».

A l’inverse, les libéraux, eux, ne font rien. Assis dans leurs bureaux confortables, ils sont persuadés que tout va pour le mieux, tandis que ceux qui sont tous les jours sur le terrain, dans les rues du Texas ou de la Floride, sont très inquiets, parce qu’ils voient de sérieux problèmes se profiler à l’horizon . . . . Est-ce que quelqu’un s’occupe encore de tous ces gens ? C’est la même chose en Europe. J’en ai discuté avec bon nombre de mes collègues, mais personne n’a de réponse. Ils disent que les lois actuelles excluent une ligne politique dure . . . . Eh bien, il n’y a qu’à changer les lois ! En Russie, nous faisons en sorte que les immigrés doivent respecter la législation, les coutumes et la culture de la Russie. Certes, nous avons également des problèmes d’immigration, mais au moins nous faisons quelque chose pour y remédier.

Les libéraux, eux, partent du principe qu’il n’y a rien à faire . . . . Les migrants peuvent tuer, piller et violer en toute impunité parce que leurs droits en tant que migrants doivent être protégés. Mais de quels droits peut-il bien s’agir ? Tout crime ne doit-il pas être puni ? En fait, le libéralisme est devenu obsolète. Il est désormais la source de conflits permanents avec les intérêts de l’écrasante majorité de la population. Par exemple aujourd’hui on entend certains affirmer au nom du libéralisme qu’il y a cinq ou six rôles de gendre que les enfants peuvent jouer ! . . . Pourtant aux libéraux qui poursuivent la vie, la liberté et le bonheur tels qu’ils les conçoivent, on ne peut tout de même pas permettre de dominer la culture, les traditions et les valeurs familiales traditionnelles des millions de personnes qui constituent l’essentiel de la population.

Quant à la religion, elle ne peut être évincée de l’espace culturel. Rien de la sorte ne doit être écarté. La Russie est une nation chrétienne orthodoxe, ce qui n’est pas une nation catholique. Mais, vu de la Russie, nous avons parfois le sentiment que le même libéralisme est à l’œuvre dans l’Eglise catholique, profitant d’éléments et problèmes à l’intérieur de l’Église romaine pour la détruire . . . ! Je considère que cela est incorrect, voire dangereux. Avons-nous oublié que nous vivons tous dans un monde fondé sur les valeurs bibliques ? Les athées eux-mêmes qui habitent ce monde, profitent de ces valeurs. Peut- être ne pratiquons-nous pas tous notre religion tous les jours ni en publique, il n’empêche que dans le fond il doit toujours y avoir des règles humaines et des valeurs morales de base. En effet, ces valeurs traditionnelles sont plus stables et plus importantes pour des millions de personnes que le libéralisme, lequel – à mon avis – touche à sa fin.

Mais alors le libéralisme se fera-t-il remplacer par la tyrannie ? Pas nécessairement. Une certaine variété d’opinions doit toujours avoir libre jeu. Ce qui compte, c’est que les intérêts du public en général, la vie ordinaire telle que des millions de personnes la mènent chaque jour, ne soient jamais oubliés . . . . C’est pourquoi même les libéraux méritent un certain respect. Mais ce qui est inacceptable, c’est qu’ils continuent à imposer leur point de vue au monde entier, comme ils le font déjà depuis des décennies, tant dans les médias que dans la vie réelle. Par exemple, comment ont-ils réussi à rendre tabou la discussion de certaines questions ? En conclusion, laissons aux libéraux la liberté de la parole, mais ne les laissons plus tyranniser l’arène publique.

Kyrie eleison.

3 août 2019

[Mgr Williamson - Initiative St Marcel] Unité de la "Résistance"

SOURCE - Mgr Williamson - Initiative St Marcel - 3 août 2019

Sans une Autorité, la vérité mourra

Mais sans la Vérité, la tyrannie vivra.
            

Dans le but de décourager l’orgueil, ces « Commentaires » ne mettent que rarement en lumière les réalisations des prêtres et des laïcs qui, depuis 2012, s’efforcent d’assurer la survie de la pratique et des principes catholiques, surtout mais pas seulement à l’intérieur de la Néo-fraternité Saint Pie X, parce qu’elle ne cesse de glisser dans les bras de Rome. Naturellement, les dirigeants de la Néo-fraternité condamnent le mouvement dit de la “Résistance” ou de la “Fidélité”, en soulignant en particulier les divisions apparues entre ses différents prêtres. Mais qu’en est-il au juste ? Le moment est venu de souligner par contre l’unité qui existe au sein de cette dite “Résistance” catholique.

Par exemple, voici quelques remarques pertinentes faites par un observateur de longue date de la “Résistance” : « Le principal argument des supérieurs de la Néo-Fraternité contre la “Résistance” consiste à souligner les divisions entre les divers prêtres résistants. Mais, quoique ces différents prêtres aient une variété de dons correspondant à leurs vocations et donnant lieu à une variété d’œuvres catholiques (qu’il s’agisse d’un séminaire, d’un monastère, d’un prieuré, d’une mission, etc.), il règne entre eux une remarquable unité quant à la fin poursuivie, à savoir : la survie de la foi catholique. A l’inverse, la Néo-fraternité est un géant aux pieds d’argile, uni par des mesures disciplinaires, la peur des sanctions et par des positions personnelles. Mais, quant à sa finalité, elle reste très divisée : Accord avec Rome, ou pas ? Mariages sous autorité officielle, ou pas ? Flirt avec des évêques conciliaires, ou pas ? La Néo-fraternité craque de tous les côtés. »

Une fois de plus, nous constatons aujourd’hui comment la scission d’entre la Vérité catholique et l’Autorité catholique rend schizophrénique tous les catholiques sans exception. Cette scission provient de la trahison – consciente ou non – des 2000 évêques et des deux papes qui ont engendré Vatican II. Aujourd’hui, en 2019, d’une part cette “ Résistance “ qui tient à la Vérité souffre de divisions extérieures provenant d’un manque d’Autorité, simplement parce que le besoin d’autorité, ressenti à la base, ne suffit pas pour créer sa réalité, car de par sa nature même l’autorité ne peut venir que d’en haut. Et d’autre part, la Néo-fraternité, en s’accrochant à l’Autorité romaine, souffre de divisions intérieures provenant du manque de Vérité de la part de cette Autorité romaine qui ne veut pas lâcher les mensonges de Vatican II.

Or, c’est la Vérité qui est le but de l’Autorité, et non l’inverse. “Pierre, quand tu seras revenu, affermis tes frères” (Lc. XXII, 32). En d’autres termes, recouvre d’abord ta foi ébranlée dans la Vérité, puis exerce ton Autorité sur les autres Apôtres. En effet, dans un monde déchu, la Vérité intérieure a besoin qu’une Autorité extérieure la défende ; mais si l’Autorité extérieure n’est plus fidèle à cette Vérité intérieure, elle a perdu sa véritable raison d’être ; elle devient une fin en soi, en dernière analyse une tyrannie au service de positions personnelles, comme on l’a vu avec Paul VI et avec les successeurs de Mgr Lefebvre.

Ainsi, quelle que soit l’abondance des misères personnelles des résistants œuvrant individuellement, tant qu’ils resteront fidèles à la Vérité cette “ Résistance “ survivra à la néo-Fraternité, tout comme la Fraternité de Mgr Lefebvre, dans la mesure où elle restait fidèle à la Vérité, pouvait dominer et finalement survivre à la Rome conciliaire. La question ultime ne se pose pas au niveau des personnes ni de l’autorité extérieure. Elle se pose au niveau de la doctrine et de la Vérité. Ainsi, au début des années 2000, lorsque le successeur de Mgr Lefebvre eut recours à l’Autorité pour résoudre des problèmes de divisions au sein de la Fraternité, il révélait par là qu’il était déjà fort engagé sur le chemin conciliaire conduisant à préférer l’Autorité à la Vérité, à préférer la volonté à la raison. C’est ainsi que la Fraternité de Mgr Lefebvre se transforma en tyrannie ; et bien que le tyran ait apparemment été destitué de son siège par l’élection de l’an dernier, en fait il est toujours là. Ainsi va notre monde moderne : gavons-nous d’apparences !

Kyrie eleison.