Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

15 juin 2001

[Abbé Berteaux - Certitudes] «Etre le chaînon qui assure la transmission de la foi» ("Des prêtres pour l'Eglise romaine")

Abbé Berteaux - Nouvelle revue CERTITUDES (n°6) - juin 2001

Contribution publiée dans le cadre de l'enquête dirigée par l'Abbé de Tanoüarn

De quelle manière la Fraternité Saint-Pie X se met-elle concrètement au service de l'Eglise aujourd'hui ?
Nous nous mettons concrètement au service de l'Eglise par le sacerdoce qui se perpétue dans sa forme traditionnelle et par la doctrine maintenue. Alors que la transmission de la foi subit une crise très grave et sans précédent dans l'histoire, j'ai la conviction que Mgr Lefebvre et la Fraternité Saint Pie X à travers lui ont vocation à renouer entre le passé et l'avenir de l'Eglise, à être le chaînon qui assure la transmission de la foi aux générations qui viennent.
Qu'est-ce que cette romanité dont Mgr Lefebvre parlait si souvent ?
C'est vrai qu'on parlait très souvent de la romanité de Mgr Lefebvre et qu'on ne s'est pas assez posé la question de savoir ce qu'elle représentait et quel héritage elle est pour nous. En y réfléchissant je dirais que cette romanité se caractérise comme un amour de la hiérarchie catholique. Il ne s'agit pas d'être les inconditionnels des personnes ; c'est l'Eglise hiérarchique et c'est en elle le principe d'autorité qui vient du Christ auquel Mgr Lefebvre était tout particulièrement attaché. C'est dans ce sens qu'il que disait la crise de l'Eglise est une crise de l'autorité dans l'Eglise. Mais que signifie Rome encore ? Elle est maîtresse de vérité. Notre attachement à Rome à en ce sens quelque chose de viscéral, quelque chose qui prend aux tripes si vous me passez l'expression. Certes, elle peut faire défaut aujourd'hui, cette chaire de vérité mais cela n'enlève rien à l'attachement que nous éprouvons pour elle, aux sentiments romains qui nous animent et au rôle auquel elle ne pourra se passer de revenir.
Comment caractérisez vous les sacres de 1988 ?
Le sacre de quatre évêques sans l'accord de Rome par Mgr Lefebvre constitue un acte de courage au sens de la vertu cardinale, au sens où la force est un signe de noblesse. Voilà ce que je dirais de la personnalité de Mgr Lefebvre au plan naturel. Au plan surnaturel, les sacres ont été un acte de foi dans la pérennité de l'Eglise et en ce sens un acte d'espérance. Si j'éprouve une admiration toujours vive pour la personne de Mgr Lefebvre, c'est en pensant à sa foi si simple, si directe mais aussi à son indomptable espérance.
La Fraternité Saint-Pie X est-elle une avant-garde ou une arrière-garde dans le combat catholique aujourd'hui ?
Je dirais que nous sommes à l'avant-garde. Je lisais récemment une phrase de Bourdaloue qui évoque assez bien je crois ce que nous devons être : « II y a une obligation plus étroite et plus pressante de dire la vérité, puisqu'il n'y a plus que des prédicateurs de l'Evangile dont la vérité puisse espérer un témoignage fidèle et constant ». Nous sommes à l'avant-garde parce que nous essayons de prêcher tout l'Evangile en portant à Notre Seigneur ce témoignage fidèle et constant.