Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

21 mai 1998

[Monseigneur Salvador Lazo] Ma Déclaration de Foi

Mgr Lazo, évêque émérite de San Fernando de La Union (Philippines) - 21 mai 1998

A Sa Sainteté
Le Pape Jean-Paul II
 
Evêque de Rome et Vicaire de Jésus-Christ,
Successeur de saint Pierre, Prince des Apôtres,
Suprême Pontife de l'Eglise Universelle,
Patriarche d'Occident, Primat d'Italie,
Archevêque et Métropolitain de la Province de Rome,
Souverain de la Cité du Vatican.
 
Jeudi de l'Ascension
21 mai 1998
           

Très Saint Père,


En ce dixième anniversaire de la consécration de quatre évêques Catholiques par Son Excellence Monseigneur Marcel Lefebvre pour la survie de la Foi Catholique, par la grâce de Dieu, je déclare que je suis Catholique Romain. Ma religion a été fondée par Jésus Christ quand Il a dit à Pierre: "Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise." (Mat., 16,18)
           
Saint Père, mon Credo est le Credo des Apôtres. Le dépôt de la Foi vient de Jésus-Christ et était complet à la mort du dernier Apôtre. Il a été confié à l'Eglise Catholique Romaine pour servir de guide pour le salut des âmes juqu'à la fin des temps.

Saint-Paul ordonna à Timothée: "Ô Timothée, garde le dépôts" (1, Tim., 6, 20), le dépôt de la Foi!

Saint Père, il semble que Saint Paul me dit: "Garde le dépôt... Un dépôt c'est ce que l'on vous a confié, non ce que vous avez découvert. Vous l'avez reçu; vous ne l'avez pas tiré de votre propre fond. Il ne dépend pas de l'invention personnelle, mais de la doctrine. Il n'est pas pour votre usage privé, mais il appartient à la Tradition publique. Il ne vient pas de vous, mais il est venu à vous. Vis-à-vis de lui, vous ne pouvez agir comme son auteur, mais seulement comme son gardien. Vous n'en êtes pas l'initiateur, mais le disciple. Il ne vous appartient pas de le régler, mais d'être réglé par lui." (Saint Vincent de Lérins, Commonitorium, n° 22)

Le Saint Concile de Vatican I enseigne que " la doctrine de Foi que Dieu a révélée n'a pas été proposée comme une découverte philosophique à faire progresser par la réflexion de l'homme, mais comme un dépôt divin confiée à l’Épouse du Christ pour qu'elle le garde fidèlement et le présente infailliblement. En conséquence, le sens des dogmes sacrésqui doit être conservé à perpétuité est celui que notre Mère la sainte Eglise a présenté une fois pour toutes et jamais il n'est loisible de s'en écarter sous le prétexte ou au nom d'une compréhension plus poussée." (Constitution Dogmatique Dei Filius, DzS 1800)

"Le Saint-Esprit a été promis aux successeurs de Pierre, non pour qu'ils fassent connaître sous sa révélation une nouvelle doctrine, mais pour qu'avec son assistance ils gardent saintement et exposent fidèlement la Révélation transmise par les Apôtres, c'est-à-dire le dépôt de la Foi." (Vatican I, constitution dogmatique Pastor Aeternus, DzS 1836)

De plus, "le pouvoir du Pape n'est pas illimité: non seulement il ne peut rien changer à ce qui est d'institution divine, par exemple, supprimer la juridiction épiscopale, mais, placé pour édifier et non pour détruire, il est tenu de par la loi naturelle à ne pas jeter la confusion dans le troupeau du Christ." (Dictionnaire de Théologie Catholique, t. II, col. 2039-2040)

Saint Paul lui aussi affermissait ainsi la Foi de ses convertis: "Mais si nous ou un ange du Ciel vous prêchait un autre Evangile que celui que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème!" (Gal., 1,8)

Comme évêque catholique, voici brièvement ma position sur les réformes post-conciliaires du deuxième concile du Vatican. Si les réformes conciliaires sont conformes à la volonté de Jésus-Christ, alors je collaborerais volontiers à leur réalisation. Mais si les réformes conciliaires sont planifiées pour la destruction de la Religion Catholique fondée par Jésus-Christ, alors je refuse de donner ma coopération.

Saint-Père, en 1969, une notification de Rome fut reçue à San Fernando, dans le diocèse de La Union. Elle disait que la messe latine tridentine devait être supprimée et que le Novus Ordo Missae devait être utilisé. Aucune raison n'était donnée. Du fait que l'ordre venait de Rome, il fut obéi sans protestations (Roma locuta est, causa finita est).

J'ai pris ma retraite en 1993, 23 ans après ma consécration épiscopale. Depuis ma retraite, j'ai découvert la vraie raison de la suppression illégale de la messe latine traditionnelle. La messe ancienne était un obstacle à l'introduction de l’œcuménisme. La Messe Catholique contenait les dogmes catholiques, que les Protestants nient. Afin d'arriver à l'unité avec les sectes protestantes, la Messe latine Tridentine devait être mise au rancart et remplacée par le Novus Ordo Missae.Le Novus Ordo Maissae fut composé par Mgr Annibale Bugnini, un franc-maçon. Six ministres protestants ont aidé Mgr Bugnini à la fabriquer. Les novateurs prirent soin qu'aucun dogme Catholique, offensant aux oreilles protestantes ne soit laissé dans les prières. Ils ont supprimé tout ce qui exprimait pleinement les dogmes catholiques et l'ont remplacé par des textes très ambigus de tendance protestante et hérétique. Ils sont même changé la forme de la Consécration donnée par Jésus-Christ. Avec de telles modifications, le nouveau rite de la Messe devint plus Protestant que Catholique.

Les Protestants affirment que la Messe n'est qu'un simple repas, une simple communion, un simple banquet, un mémorial. Le Concile de Trente a insisté sur la réalité du sacrifice de la Messe, qui est le renouvellement non sanglant du sacrifice sanglant du Christ sur le Calvaire. " C'est pourquoi, Lui, notre Dieu et Seigneur, bien qu'Il allait s'offrir Lui-même une fois pour toutes à Dieu le Père sur l'autel de la Croix, [...] offrit à Dieu le Père son Corps et son Sang sous les espèces du pain et du vin lors de la dernière Cène, la nuit où Il fut livré, afin de laisser à l'Eglise, son épouse bien aimée, un sacrifice qui soit visible (comme l'exige la nature humaine), par leqel le sacrifice sanglant accompli une fois pour toutes sur la Croix puisse être présenté de nouveau." (DzS 938). La messe est aussi par voie de conséquence une communion au sacrifice qui vient d'être célébré: un banquet où l'on mange la Victime immolée en sacrifice. Mais s'il n'y a pas sacrifice, il n'y a pas communion avec Lui. La Messe est d'abord et avant tout un sacrifice et en second lieu une communion ou repas.

On doit aussi remarquer que dans le Novus Ordo Missae, la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie est implicitement niée. La même observation est aussi vraie au sujet de la doctrine de l'Eglise sur la Transsubstantiation.

En relation avec cela, le prêtre, qui était autrefois un prêtre offrant un sacrifice, a été rabaissé dans le Novus Ordo Missae au rôle de président d'une assemblée. Maintenant il est le président de l'assemblée. Pour ce rôle il se tient face au peuple. Dans la Messe Traditionnelle au contraire, le prêtre se tient face au Tabernacle et à l'autel où se trouve le Christ.

Après avoir pris conscience de ces changements, j'ai décidé d'arrêter de dire le nouveau rite de la Messe, que j'avais dit pendant plus de 27 ans en obéissance à mes supérieurs ecclésiastiques. Je suis revenu à la Messe latine Tridentine parce que c'est la Messe instituée par Jésus-Christ à la dernière Cène, le renouvellement non sanglant du sacrifice sanglant de Jésus-Christ sur le Calvaire. Cette messe de toujours a sanctifié des millions de chrétiens au cours des siècles.

Saint Père, avec tout le respect que j'ai pour vous et pour le Saint Siège de Saint-Pierre, je ne peux pas suivre votre enseignement personnel sur "le salut universel", il est en contradiction avec les Saintes Écritures.

Saint Père, est-ce que tous les hommes seront sauvés? Jésus-Christ voulait que tous les hommes soient rachetés. Il mourut de fait pour nous tous. Cependant tous les hommes ne seront pas sauvés, parce que tous les hommes ne remplissent pas les conditions nécessaires pour être au nombre des élus de Dieu au Ciel.

Avant de monter au Ciel, Jésus Christ confia à ses apôtres le devoir de prêcher l’Évangile à toute créature. Ses instructions indiquaient déjà que les âmes ne seraient pas toutes sauvées. Il dit: "Allez dans le monde entier et prêchez l’Évangile à toute créature. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui ne croira pas sera condamné." (Marc, 16, 15-16)

Saint-Paul tenait le même langage à ses convertis: "Ne savez-vous pas que les injustes ne possèderont pas le royaume de Dieu? Ne vous trompez pas: ni les fornicateurs, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les sodomites, ni les voleurs, ni les avides, ni les ivrognes, ni les injurieux, ni les bandits ne possèderont le Royaume de Dieu." (1, Cor., 6, 9-10)

Saint Père, devons-nous respecter les fausses religions? Jésus Christ n'a fondé qu'une seule Église au sein de laquelle on peut être sauvé. C'est la Sainte Eglise Catholique Apostolique et Romaine. Quand Il donna toutes les doctrines et vérités nécessaires pour être sauvé, le Christ ne dit pas: "Respectez toutes les fausses religions." En fait, le Fils de Dieu a été crucifié sur la Croix par ce qu'Il a été sans compromis dans ses enseignements.

En 1910, dans sa lettre Notre Charge Apostolique, le Pape saint Pie X a mis en garde contre l'esprit interconfessionnel car il fait partie du grand mouvement d'apostasie organisé dans tous les pays pour une Eglise Mondiale. Le Pape Léon XIII a averti que "traiter toutes les religions de la même manière ... est calculé pour amener la ruine de toute forme de religion, et spécialement de la Religion Catholique qui, étant la seule vraie, ne peut sans grande injustice être regardée comme simplement égale aux autres religions." (Encyclique Humanum Genus). Le processus va DU CATHOLICISME AU PROTESTANTISME, DU PROTESTANTISME AU MODERNISME, DU MODERNISME A L'ATHEISME.

L’œcuménisme, tel qu'il est pratiqué aujourd'hui, est diamétralement opposé à la doctrine et à la pratique Catholique Traditionnelle. Il ravale la seule vraie Religion, fondée par Notre Seigneur, au même niveau que les religions fausses, œuvres des hommes - chose que les papes au cours des siècles ont strictement interdites aux Catholiques de faire. "Il est évident que le Siège Apostolique ne peut d'aucune façon prendre part à ces assemblées (œcuméniques), et qu'il n'est d'aucune manière permis aux Catholiques de donner à de telles entreprises leur encouragement ou soutien." (Pape Pie XI, Mortalium Animos)

Je suis pour la Rome éternelle, la Rome des saints Pierre et Paul. Je ne veux pas suivre la Rome maçonnique. Le Pape Léon XIII a condamné la Franc-maçonnerie dans son encyclique Humanum Genus en 1884.

Je n'accepte pas non plus la Rome moderniste. Le Pape Saint Pie X a condamné le modernisme dans son encyclique Pascendi Dominici Gregis, en 1907.

Je ne sers pas la Rome contrôlée par les Francs-maçons qui sont les agents de Lucifer, le Prince des démons.

Mais je soutiens la Rome qui conduit l'Eglise Catholique fidèlement afin d'accomplir la volonté de Jésus Christ la glorification du Dieu trois fois saint, Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit.
Je m'estime heureux d'avoir reçu en cette crise de l’Église Catholique la grâce d'être revenu à l’Église qui adhère à la Tradition Catholique. Dieu merci, je dis de nouveau la messe latine traditionnelle - la Messe instituée par Jésus à la dernière Cène, la Messe de mon ordination.

Daignent la Bienheureuse Vierge Marie, Saint Joseph, Saint Antoine mon saint patron, Saint Michel et mon ange gardien m'aider à demeurer fidèle à l’Église Catholique fondée par Jésus-Christ pour le salut des hommes.

Puissé-je obtenir la grâce de demeurer jusqu'à la mort dans le sein de la  Sainte Église Catholique Apostolique et Romaine, qui adhère aux anciennes traditions et d'être toujours fidèle prêtre et évêque de Jésus-Christ, Fils de Dieu.

Très respectueusement,

Monseigneur Salvador L. Lazo, DD
Evêque émérite
Diocèse de San Fernando de La Union