Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

19 mars 2014

[Abbé Matthieu Raffray, ibp] Une bonne nouvelle pour l’Institut du Bon Pasteur

SOURCE - Abbé Matthieu Raffray, ibp - via Item - 15 mars 2014

Chers confrères, je suis très heureux de vous annoncer officiellement que le mardi 11 mars dernier, Mgr Oscar Sarlinga, évêque de Zarate-Campana (province de Buenos Aires), a donné l'autorisation à notre supérieur, M. l'abbé Laguérie, d'ériger canoniquement une maison de l'Institut du Bon Pasteur dans son diocèse.

En tant que supérieur de district, j'ai signé avec lui un accord qui règle nos activités pastorales dans le diocèse, conformément au canon 681. Cet accord assigne canoniquement à l'Institut l'Oratoire San Juan de Luz, situé à Maschwitz, Partido de Escobar, à côté de la maison qui nous est actuellement prêtée par une association de fidèles. Il a nommé aussi le supérieur de cette maison (pour l'instant moi-même) "chapelain pour tous les fidèles du diocèse qui sollicitent la forme extraordinaire du rite romain".

Cette nouvelle fondation est une grâce extraordinaire, et très prometteuse : il y a ici une communauté de plus de 250 fidèles, un collège d'une centaine d'enfants, de très bonnes familles nombreuses, et plusieurs vocations potentielles... C'est surtout un nouveau point de départ, en plus de notre maison de Bogotà, en Colombie, pour le développement de notre institut en Amérique Latine.

Je compte sur vos prières à tous pour le succès de cet apostolat, et je vous encourage à diffuser cette excellente nouvelle dans les divers moyens de communication dont vous avez la responsabilité, surtout en Amérique latine : notre champ d'apostolat est immense dans cette partie du monde, et déjà d'autres possibilités d'implantation se présentent à nous, en plus des projets déjà en oeuvre à Brasilia et à Sao Paulo.

Nous confions tout cela à la Vierge de Guadalupe, impératrice des Amériques,
Avec mes prières et ma bénédiction, Abbé Matthieu Raffray