Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

27 mai 2016

[Abbé Alain Lorans, fsspx - DICI] Amoris lætitia sur le terrain

SOURCE - Abbé Alain Lorans, fsspx - DICI - 27 mai 2016
Dans le bulletin de la paroisse Sainte-Anne de Chicoutimi, au Canada, on pouvait voir, en avril dernier, les effets concrets de l’Exhortation post-synodale Amoris lætitia. La Fête de la Fidélité qui célébrait jusqu’à présent les noces d’argent et les noces d’or des couples de cette paroisse du Québec, naguère catholique, était remplacée par une « Fête de l’Amour », ainsi annoncée : « Nous voulons maintenant accueillir tout couple qui désire célébrer son amour et renouveler son engagement à deux quel que soit son type d’engagement (mariage catholique, mariage civil ou conjoints de fait ou de même sexe) et quel que soit le nombre d’années (1 an, 8 ans, 25 ans, 57 ans, 62 ans…). Nous considérons que tout engagement de couple est important. »

Soyons clairs : ce n’est pas là une fête de l’amour, mais bien plutôt la célébration égalitaire du mariage sacramentel, du concubinage légal, de l’union libre et de la cohabitation homosexuelle. Tous les couples étant mis sur un même plan, tous ayant prétendument la même valeur exemplaire.

Ce n’est pas là une fête de l’amour, c’est l’amour de la fête en elle-même et pour elle-même, vidée de tout contenu objectif. Seul compte l’engagement personnel, le sentiment subjectif, la sincérité affranchie de la vérité évangélique sur le mariage.

C’est ainsi qu’est vécue concrètement, sur le terrain, l’Exhortation post-synodale Amoris lætitia. Non pas la Joie de l’Amour, mais l’amour de la joie, affranchie de la vérité évangélique sur le mariage. Triste joie.

Abbé Alain Lorans