Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

7 septembre 2019

[Mgr Williamson - Initiative St Marcel] Racisme Anti-Blanc? - I

SOURCE - Mgr Williamson - Initiative St Marcel - 7 septembre 2019

Vous, hommes blancs ! Où sont les dons de votre race ?
Ne deviez-vous donc pas porter partout la grâce ?

La race blanche, comme on dit, est répandue sur toute la terre, mais surtout regroupée en Europe. Aujourd’hui elle est universellement méprisée et persécutée. Comment expliquer cela ? Principalement par la faute des blancs, ou des Européens eux-mêmes.

Le « racisme », ou l’antagonisme entre les différentes races humaines, est certainement un facteur soulevant de multiples passions et donc, comme toute question relevant proprement de la nature humaine, ce phénomène ne se limite pas seulement à un problème matériel ou mécanique : il a nécessairement une dimension religieuse. Aujourd’hui, pour résoudre une question qui intéresse l’être humain, on préfère se tourner dans n’importe quelle direction plutôt que vers Dieu, alors qu’Il est le seul à détenir la vraie solution. Dès lors, comme les hommes s’éloignent toujours de Dieu, les problèmes restent insolubles et le monde d’aujourd’hui ne cesse de se débattre dans un chaos allant toujours croissant. Voyons maintenant comment le fait de se tourner vers Dieu résoudrait le problème actuel du « racisme ».

C’est Dieu et Dieu seul qui crée l’âme des hommes. Il la crée pour chacun d’entre nous en particulier et l’union de l’âme et du corps engendre une grande diversité, afin que s’accomplisse une grande symphonie à l’échelle de l’humanité. Les individus reçoivent des dons naturels d’une richesse infinie, comme chaque parent peut s’en apercevoir en regardant leurs propres enfants dont les talents, le tempérament et le caractère sont si différents : aucun enfant n’est identique à un autre. Or, ces parents sont-ils eux-mêmes à l’origine de cette variété ? Évidemment, non. La seule décision naturelle des parents a été d’avoir un enfant (avorter tel ou tel enfant dans le ventre de sa mère est une décision allant violemment contre nature). Dieu a fait le reste. Or, cette diversité, venant de Dieu, inclut clairement l’inégalité. En conséquence de quoi les parents ne peuvent que constater l’inégalité absolue des dons que reçoivent leurs propres enfants : certains sont beaucoup plus doués que d’autres. Il se peut que les parents n’aient pas voulu cette inégalité, mais auraient-ils pu faire quoi que ce soit pour l’empêcher ? Évidemment, non. C’est Dieu qui décide – naturellement – même du sexe des enfants.

Cette inégalité des dons n’est pas non plus une injustice, car les enfants vraiment privilégiés sont ceux qui vont au Ciel grâce à leurs dons surnaturels, lesquels exigent de l’enfant qu’il coopère lui-même avec la grâce de Dieu. Or cette coopération n’a rien à voir avec les dons naturels. Quelqu’un a dit : L’enfer est plein de talents, alors que le Ciel est plein de vertus. De plus, les dons reçus du Ciel correspondent évidemment au rôle que Dieu veut nous faire jouer dans la symphonie de l’humanité. C’est pourquoi l’enfant doit faire ce pour quoi il est doué.

Il en va des familles, comme des individus ; et les villes, les provinces, les nations ou les races sont soumises au même principe. Les familles diffèrent les unes des autres et sont donc inégales. Les villes, les provinces, les nations et les races sont toutes différentes et sont donc inégales. Elles présentent, dans chaque cas, un dosage différent de nature venant de Dieu et de formation venant des hommes. En permettant que les hommes pourvoient à la formation et au soin de chacun, l’intention de Dieu est que tout le monde exerce la charité selon la variété des dons reçus, en s’occupant les uns des autres. Par exemple, telle ville aidera son voisin inondé ; telle province fournira des artistes, telle nation pourra diriger dans le monde ou telle race servira l’Église. N’est-il pas clair, au regard de tant de siècles d’histoire, que la race blanche a reçu en propre, non pas des dons exclusifs, mais au moins des dons naturels et surnaturels particuliers, pour servir Dieu, et pour étendre Son Église dans le monde entier ? Il ne s’agit pas là non plus d’une injustice, car l’usage que les blancs font de ces dons dépend d’eux-mêmes. Ils possèdent le libre arbitre pour utiliser ou abuser de leurs dons, mais en tout cas, ils ont une mission de Dieu. S’ils font bon usage de ces dons, cela profite au monde entier ; mais s’ils abusent de ces dons, Dieu se charge de les punir tout spécialement.

Or quel usage les blancs font-ils aujourd’hui des dons que Dieu leur a donnés ? Depuis des centaines d’années, ne se détournent-ils pas, lentement mais sûrement, de Lui ? Aujourd’hui, ne sont-ils pas fiers de leur athéisme ? Pourquoi donc serait-il surprenant que Dieu se serve de toutes les autres races, nations, etc., pour punir les blancs, les abandonnant au mépris et aux persécutions qu’exerce sur eux le reste de l’humanité ? Du point de vue divin, les hommes apostats n’ont-ils pas trahi les femmes qu’ils étaient faits pour conduire (au Ciel) ? N’ont-ils pas, ces blancs apostats, trahi toutes les autres races ? Et n’ont-ils pas, ces apostats issus de la gentilité, trahi les Juifs au Concile Vatican II ? Alors, comment s’étonner de la rancœur dont font preuve le « féminisme », le « racisme » ou « l’antisémitisme » aujourd’hui ?

Kyrie eleison.