Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

25 juin 2008

Extraits du sermon prononcé par Mgr Fellay au séminaire de Winona
20 juin 2008 - mise en ligne par la-croix.com le 25 juin 2008
Extraits du sermon prononcé par Mgr Fellay au séminaire de Winona
Winona (Minnesota), vendredi 20 mai 2008 Source: Voice of catholic radio

Certainement, mes chers frères, vous attendez aussi de moi aujourd'hui quelque mise au point à propos du cours des choses avec Rome. Toutes ces excommunications, ou leur levée, ou le retrait des décrets d'excommunication, cela vient-il ou non ? Franchement, je ne sais pas. Mon impression, pour l'instant, est qu'il nous faut attendre encore un moment, et peut-être un bon moment. Pourquoi donc ?

Parce que l'approche que nous avons de cette question n'est pas la même que celle du Vatican. Et le problème, c'est toujours les mots, comme le disait Monseigneur au moment de la consécration des évêques, il y a 20 ans. Il disait : « Rome veut une réconciliation mais, avec ces mots, ils essayent, ils veulent nous dire de revenir au neuf », ce qui n'est pas revenir en arrière mais rentrer. Et ce n'est pas ce que nous voulons. Il disait que la perspective est différente : ils parlent de réconciliation, mais c'est une intégration au nouveau. Et ce n'est pas ce que nous voulons.
 En 1975, 1976, c'était déjà le même problème. Avant la suspense de 1976, Rome avait envoyé un émissaire à Monseigneur pour lui demander : "Dîtes avec moi une seule Nouvelle messe, concélébrez avec moi une messe, et tout ira bien ». Et maintenant, ils ne nous demandent plus : « Dîtes une messe », ils disent juste : « Taisez-vous ».
À ce jour, Rome m'a lancé un ultimatum. Il semble que la dernière Lettre aux Bienfaiteurs n'ait pas été si bien reçue à Rome. Ils l'ont prise comme une preuve d'orgueil, d'arrogance, mais ce n'est pas ce que nous voulions. Mais nous n'allons pas fermer nos bouches, ou nous taire.
[...]
Et maintenant nous sommes, devrions-nous dire, comme à un croisement. D'une certaine manière, Rome nous dit : « D'accord, nous sommes prêts à lever les excommunications, mais vous ne pouvez plus continuer dans ce sens ».
Donc nous n'avons pas le choix. Nous ne prendrons pas ce chemin, nous continuerons ce que nous avons toujours fait, nous avons combattu pendant 40 ans pour conserver la foi vivante. Pour conserver la Tradition non seulement pour nous-mêmes, mais pour l'Église. Et nous allons juste continuer, arrivera ce qui doit arriver. Tout est dans les mains de Dieu. Si Dieu veut que cette épreuve continue, qu'elle continue. Il nous donnera la grâce dont nous avons besoin pour cela. N'ayons pas peur : attendons des temps nouveaux. C'est ce que disait Monseigneur, il a 20 ans. C'est ce que nous continuons à dire aujourd'hui.
Bien sûr que nous devons tout faire pour que la foi perdure, soit prêchée partout, que cette foi vraie et que toute la Tradition revienne vraiment dans l'Église. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour cela, mais rien d'autre. C'est un temps difficile, mes chers frères, mais ce n'est pas nous qui les changerons nous-mêmes. Nous sommes dans ces circonstances, nous ne les avons pas causées. Nous dépendons de Dieu.