Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

5 décembre 2019

[FSSPX Actualités] Qui a dit cela? Le cardinal Burke ou Monseigneur Lefebvre?

SOURCE - FSSPX Actualités - 14 novembre 2019

«Le cardinal Caffarra [Carlo Caffarra, feu l’archevêque de Bologne], qui était un ami très cher, est venu me voir et m’a demandé ce qui se passait. Il a dit que ceux d’entre nous qui défendent l’enseignement et la discipline de l’Eglise sont maintenant appelés les ennemis du pape. Et c’est un symbole de ce qui s’est passé. Tout au long de mon sacerdoce, on m’a toujours reproché d’être trop attentif à ce que disait le pape. Et maintenant je me retrouve dans une situation où on m’appelle l’ennemi du pape, ce que je ne suis pas».
Ainsi s’exprime le cardinal Raymond Burke, dans un entretien avec Ross Douthat paru dans le New York Times, le 9 novembre 2019. 
Je n’ai pas fait autre chose que ce que j’ai fait pendant trente années de ma vie sacerdotale et qui m’a valu d’être évêque, Délégué apostolique en Afrique, membre de la Commission centrale Préconciliaire, Assistant au Trône pontifical. Que pouvais-je désirer de plus comme preuve que Rome estimait que mon travail était profitable à l’Eglise et au bien des âmes ? Et voici que, alors que je fais une œuvre tout à fait semblable à celle que j’ai accomplie pendant trente années, tout à coup je suis “suspens a divinis”, peut-être bientôt excommunié, séparé de l’Eglise, renégat, que sais-je ? Est-ce possible ? Est-ce donc que ce que j’ai fait pendant trente ans était susceptible aussi d’une “suspense a divinis”? 
Ainsi s’exprimait Mgr Marcel Lefebvre, dans son sermon de la messe de Lille, le 29 août 1976.
Apologia Pro Vita Sua du cardinal Burke 
Dans un récent entretien avec le journaliste catholique Ross Douthat, le cardinal Burke - qui est unanimement considéré comme un critique conservateur du pontificat de François - défend son travail dans l’Eglise catholique. Contrairement à ce que prétendent les partisans du pape, Mgr Burke ne se considère pas comme un ennemi de François. Il ne fait que soutenir l’enseignement catholique orthodoxe, comme l’indissolubilité du mariage. Ce faisant, il reconnaît qu’il a perdu les faveurs de François, ce qui a entraîné son départ de la Congrégation des évêques, puis du Tribunal de la Signature apostolique. Pourtant, il soutient qu’il n’attaque pas la fonction papale, mais qu’il prêche simplement la foi. 

Le cardinal continue :
Le document de travail [pour le Synode amazonien] n’a pas de valeur doctrinale. Et si le pape apposait son cachet sur ce document ? Les gens disent : “si vous ne l’acceptez pas, vous serez dans le schisme” ; mais je maintiens que je ne serais pas dans le schisme parce que le document contient des éléments qui renient la tradition apostolique. Ce que je veux donc dire, c’est que le document est schismatique. Je ne le suis pas.  
De son côté, Mgr Lefebvre déclarait lors du sermon des consécrations épiscopales de 1988 :
Nous ne sommes pas des schismatiques ! (…) Bien au contraire, c’est pour manifester notre attachement à Rome que nous faisons cette cérémonie. C’est pour manifester notre attachement à l’Eglise de toujours, au pape et à tous ceux qui ont précédé ces papes qui, malheureusement, depuis le concile Vatican II, ont cru devoir adhérer à des erreurs, des erreurs graves qui sont en train de démolir l’Eglise et de détruire le sacerdoce catholique. 
Le cardinal Burke  insiste : 
Je n’ai pas changé. J’enseigne toujours les mêmes choses que j’ai toujours enseignées et ce ne sont pas mes idées. Mais tout à coup, cela est perçu comme étant contraire au pontife romain.  
Sur ce point précis, comment ne pas y voir un lointain écho de la Déclaration du 21 novembre 1974 de Mgr Lefebvre :
Nous tenons fermement, de tout notre cœur et de toute notre âme, à la Rome catholique, Gardienne de la Foi catholique et des traditions nécessaires pour préserver cette foi, à la Rome éternelle, Maîtresse de la sagesse et de la vérité. (…) Aucune autorité, même la plus élevée dans la hiérarchie, ne peut nous contraindre à abandonner ou à diminuer notre foi catholique clairement exprimée et professée par le magistère de l’Eglise depuis dix-neuf siècles. (…)  
C’est pourquoi nous nous en tenons fermement à tout ce qui a été cru et pratiqué dans la foi, les mœurs, le culte, l’enseignement du catéchisme, la formation du prêtre, l’institution de l’Eglise, par l’Eglise de toujours et codifié dans les livres parus avant l’influence moderniste du Concile [Vatican II] en attendant que la vraie lumière de la Tradition dissipe les ténèbres qui obscurcissent le ciel de la Rome éternelle. 
Une ironie involontaire 
Une ironie sans doute involontaire accompagne les paroles du cardinal Burke, dans la mesure où lui-même s'est montré par le passé critique vis-à-vis de l’ancien archevêque de Dakar et de la Fraternité Saint-Pie X. Lors d’une conférence donnée le 15 juillet 2017, Mgr Burke avait même déclaré que la Fraternité « est dans le schisme (sic) depuis que feu Mgr Marcel Lefebvre a ordonné quatre évêques sans le mandat du Pontife romain ». Il ajoutait : « Il n’est donc pas légitime d’assister à la messe ou de recevoir les sacrements dans une église qui est sous la direction de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X ». 

SI ces paroles du cardinal sont certainement déplacées, il est regrettable qu’il ne comprenne pas la raison des consécrations épiscopales de 1988, à savoir perpétuer le sacerdoce catholique authentique et fournir aux fidèles des sacrements certainement valides, selon le rite romain traditionnel. Ce faisant, les consécrations, comme toute l’œuvre sacerdotale de Mgr Lefebvre, ont été effectuées pour la vie de l’Eglise et le bien de la foi catholique. N’est-ce pas ainsi que le cardinal Burke comprend son propre ministère sacerdotal, qui consiste à défendre la foi face à l’hétérodoxie, quoiqu’imparfaitement ? Puisse la situation actuelle de l’Eglise, qui le place dans une situation similaire - à défaut d’être identique - à celle que connut Mgr Lefebvre, le faire réfléchir... 

Ce parallèle n’effleure guère Ross Douthat qui interroge le cardinal Burke dans le New York Times. Le journaliste s’efforce de distinguer la fidélité du cardinal Burke à l’orthodoxie face aux utopies du pape François, du « quasi-exil traditionaliste entrepris après Vatican II par la Fraternité Saint-Pie X ». Quel que soit le sens qu’il faille donner à l’expression “quasi-exil”, l’histoire ecclésiastique récente montre que c’est le contraire qui est vrai. Non seulement la Fraternité Saint-Pie X a sauvé la messe catholique et les rites sacramentels pour le plus grand bien de toute l’Eglise - et cela malgré une opposition enragée -, mais sa position selon laquelle l’ancien rite romain n’avait jamais été abrogé a été, de fait, confirmée par le pape Benoît XVI dans son motu proprio Summorum Pontificum, en 2007. 

De plus, les chapelles de la Fraternité, ouvertes à tous les catholiques, tout comme son apostolat, en particulier à travers l’édition, sont autant de moyens pour elle non seulement de répandre la foi et la vie catholique, mais encore d'alerter sur la profondeur de la crise que traverse l’Eglise. Loin de tout esprit de rébellion, elle n’hésite pas à dénoncer les destructions causées par Vatican II et ses réformes, et à rappeler l’urgente nécessité de restaurer la Tradition catholique. Ce n’est donc pas Mgr Lefebvre et la Fraternité sacerdotale qu’il a fondée qui se sont placés en "quasi-exil" de l’Eglise ; mais ce sont les autorités qui gouvernent l’Eglise qui se sont placées en exil déclaré de la Tradition. 

Reste qu’il est intéressant et réjouissant de constater que les récents scandales permettent à des hommes d’Eglise de prendre un peu mieux la mesure de la crise actuelle et, – c’est une nouveauté depuis le Concile –, de s’opposer publiquement à la destruction de la foi. Toutefois, ce combat nécessaire ne pourra avoir de plein effet qu’en reconnaissant que la crise actuelle s’enracine dans le concile Vatican II lui-même.

[Laurent Mauron - Le Parisien] Yvelines : l’agrandissement de l’école catholique traditionaliste fait des vagues

SOURCE - Laurent Mauron - Le Parisien - 26 novembre 2019

Les riverains contestent le permis de construire qui permettrait à cet établissement de Fontenay-le-Fleury proche de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X de s’agrandir de 1 485 m2.
Dans cette école privée hors contrat de 145 élèves, on trouve uniquement des filles, scolarisées du CP à la 1e. Le cours Sainte-Clotilde est dirigé à Fontenay-le-Fleury par les Sœurs Dominicaines de Saint-Jésus de Fanjeaux, congrégation liée à la Fraternité sacerdotale Saint Pie X, mouvement qui regroupe les « catholiques de tradition ». Autrement dit, des intégristes.

Depuis son rachat en 2014, l'école est installée dans le château de Ternay, ancienne résidence de Sacha Guitry, rue René-Dorme. L'institution a déposé une demande de permis de construire en vue d'un agrandissement de ses locaux de 1 485 m2 pour porter leurs effectifs à 200 enfants et 18 Sœurs. Celui-ci prévoit l'édification de 10 salles de classe supplémentaires, d'un réfectoire et d'une salle polyvalente.

Le projet inquiète les riverains de l'établissement, qui font circuler une pétition contre cette construction, déjà signée par 70 personnes. Ils ont également pris un avocat, qui a déposé, ce mardi, une requête en annulation du permis devant le tribunal administratif de Versailles.
Les riverains craignent «des problèmes en matière de circulation et de stationnement»
« Nous sommes vent debout contre ce projet qui pose des problèmes en matière de circulation et de stationnement », précise Benoît Ayela, porte-parole des riverains, furieux, aussi, « de ne pas avoir été consultés, ni avisés de ce qui se tramait ».

La rue René-Dorme est une rue étroite. « Le trafic est intense chaque matin dans le secteur avec la D 127 et le CD 11 qui sont saturés dès 7h30. Dans notre rue, c'est un défilé de voitures, ajoute un autre riverain. Cet agrandissement impliquera forcément, à terme, des travaux de voirie et des abords à la charge de la commune. »

L'autre sujet de désaccord, ce sont les arbres. 145 devraient être abattus si le permis se concrétise : une éventualité qui choque les voisins, alors qu'on se trouve sur un site remarquable.
Une zone classée
Le château de Ternay est, en effet, situé en zone classée. Une situation qui fait que le permis de construire a échappé - en partie - aux mains de la commune. « Nous sommes dans une procédure dite de compétences liées. C'est surtout l'Etat qui l'a instruit, via un arrêté du ministère de l'Environnement et après consultation de la commission des sites. Notre pouvoir consiste surtout à vérifier des éléments liés aux réseaux ou à la sécurité incendie. Comme tout nous semblait en place, nous avons signé ce permis », explique Richard Rivaud, le maire DVD, qui entend rester sur une ligne purement « légaliste » dans cette affaire. Il rappelle aussi que le PLU (plan local d'urbanisme) du secteur prévoit la possibilité d'un établissement d'enseignement.
«Une polémique incompréhensible» pour l'école
Du côté de l'école, on juge « cette polémique incompréhensible ». « L'école, qui a ouvert depuis 2015, est nécessaire et fait du bon travail, insiste l'assistant maître d'ouvrage, l'agence Principio basée à Laval (Mayenne), qui répond en son nom. On va rénover un parc qui n'existait plus depuis longtemps en replantant 113 arbres d'ici à 2030. Nous pensons aussi à des solutions de pedibus depuis un parking de proximité pour la circulation dans la rue. Toutes les procédures ont été suivies à la lettre et on va redonner une fonction d'habitation au château pour les sœurs. On est prêt à rencontrer les riverains s'ils le désirent. »

Reste que l'enseignement dispensé heurte aussi ces opposants au projet. « Les méthodes pratiquées rejettent les principes de liberté religieuse et de conscience, martèle Clarisse Taillandier, une riveraine en colère. Il faut penser à ces gamines scolarisées. Comment peut-on leur inculquer, alors qu'on parle aujourd'hui de la parité hommes-femmes, que les femmes ne sont pas là pour briller ou réussir dans le monde, de ne pas s'encombrer de connaissances érudites mais de se borner à devenir des bonnes maîtresses de maison ? » « Je comprends qu'on puisse être surpris ou irrité. Cela dépend des convictions personnelles de chacun », répond-on chez Principio.

27 novembre 2019

[Rivarol] Abbé Francesco Ricossa: «Comment évaluer le fascisme d’un point de vue intégralement catholique?»

SOURCE - Abbé Francesco Ricossa - Rivarol - propos recueillis par Jérôme Bourbon - 27 novembre 2019

RIVAROL : Monsieur l’abbé, en tant que directeur de la revue doctrinale Sodalitium, vous donnez chaque fin d’année un cycle de conférences à Paris, ce dimanche 1er décembre, de 14h45 à 18h45, à Paris, dans le dixième arrondissement, à deux pas de la gare de l’Est (Espace Dubail, 18 passage Dubail). En 2019 vous avez choisi comme sujet: «les amis et les ennemis de la royauté du Christ». Pouvez-vous nous en dire plus?
Abbé Francesco RICOSSA : En 1919, il y a tout juste un siècle, trois fondations de mouvements ou revues eurent lieu en Italie : le mouvement fasciste né des tranchées, le Parti populaire italien (les démocrates-chrétiens de Luigi Sturzo) et la revue anti-moderniste et catholique intégrale, très peu connue en France, Fede e Ragione (Foi et Raison). Ce triple anniversaire est une bonne occasion d’étudier ces trois courants de pensée (le fascisme, la démocratie-chrétienne et le catholicisme intégral) à travers la doctrine de la royauté sociale du Christ que nous défendons.
R. : Pouvez-vous nous parler d’abord de la revue Fede e Ragione?
Abbé F. R. : Cette revue, d’abord mensuelle, puis hebdomadaire, a été animée par l’abbé Paolo de Töth et Mgr Benigni et qui furent deux des collaborateurs du pape saint Pie X pendant son pontificat. Cette revue dura jusqu’à fin 1929. Ce qui en France a le plus ressemblé à la revue Fede e Ragione, c’est la RISS, la Revue internationale des sociétés secrètes. Fede e Ragione était plus proche encore des idéaux catholiques intégraux. Je traiterai dans cette première conférence des thèmes abordées dans cette revue mais surtout des difficultés qu’elle a rencontrées avec la ligne tracée sous les pontificats de Benoît XV et de Pie XI et surtout avec la secrétairerie d’Etat du cardinal Gasparri. Afin de donner les bonnes idées que les militants catholiques aujourd’hui doivent suivre. Et d’autre part afin de montrer que les difficultés qui se sont manifestées à Vatican II pouvaient déjà se trouver en germe auparavant.
R. : Pourquoi la revue s’est-elle arrêtée brusquement à la fin de 1929 après dix ans d’existence ?
Abbé F. R. : La revue Fede e Ragione s’est arrêtée de manière inattendue. Non à la façon de certains périodiques qui commencent à paraître de moins en moins, à perdre des lecteurs, à connaître des difficultés économiques. Le paradoxe, c’est que la revue était en plein essor mais elle subissait hélas des attaques de plus en plus fortes issues des jésuites de la Civilta cattolica et de la secrétairerie d’Etat du cardinal Gasparri. La revue était protégée par l’ordinaire du lieu, l’évêque de Fiesole, un petit diocèse près de Florence où la revue était imprimée. L’arrêt brusque de cette revue à la fin de 1929 tient probablement à deux facteurs cumulés : d’une part les pressions qui sont venues du côté de ces éléments catholiques (les jésuites de la Civilta cattolica et la secrétairerie d’Etat) et d’autre part le gouvernement fasciste, dans le climat apaisé des accords du Latran avec le Saint-Siège, n’a pas laissé vivre cette expérience, sans doute sous l’influence du Vatican. Mussolini qui avait de l’estime pour cette revue et son directeur disait pourtant : « Qu’on ne touche pas à l’abbé de Thöt, c’est le seul qui dit la vérité, qui parle clairement et qui est même capable de me critiquer ».

La mise à l’écart des catholiques intransigeants n’a pas eu lieu seulement en Italie à cette époque mais également en France puisque, au même moment, en 1929, un prêtre français, ami et collaborateur de Mgr Benigni, l’abbé Paul Boulin, a dû quitter la collaboration à la RISS à cause de l’intervention du comité de vigilance du diocèse de Paris, ce qui est paradoxal. Un conseil de vigilance installé par le pape saint Pie X pour lutter contre le modernisme est utilisé pour épurer les anti-modernistes. Preuve que, déjà à cette époque, il y avait des choses qui n’étaient pas normales et qui expliquent ce qui s’est passé trente ans plus tard avec l’arrivée de Jean XXIII et Vatican II.
R. : Pourtant le modernisme avait été fermement condamné par saint Pie X ? Comment est-il possible que quinze ans seulement après sa mort on assiste à une forme d’épuration, de mise à l’écart des éléments catholiques les plus anti-modernistes, les plus intransigeants, tant en France qu’en Italie ?
Abbé R. : Le modernisme avait été en effet fermement combattu et condamné par le pape saint Pie X au point que le modernisme dogmatique, celui qui s’occupait de l’exégèse, des dogmes, de la théologie, a dû temporairement battre en retraite et faire comme s’il était mort. A partir de 1914, et même un peu avant, le modernisme a commencé à se retirer dans des domaines qui touchaient davantage le contingent, ce que, dans l’encyclique Ubi arcano Dei, le pape Pie XI appelle fort justement le modernisme social. Ce modernisme s’est réfugié par exemple dans le mouvement liturgique qui date des années 1920 et 1930, dans les questions politiques et sociales (la démocratie-chrétienne, le syndicalisme, l’aconfessionalisme), c’est-à-dire dans des matières où il est plus difficile de distinguer ce qui appartient à la foi et ce qui est de moindre importance. C’est de cette façon que les modernistes ont pu survivre, reprendre des forces, se réorganiser et préparer une revanche éclatante qui est arrivée avec Vatican II. Ils ont eu un certain nombre d’appuis haut placés. Sans cela on ne s’expliquerait pas ce qui est arrivé dans les années soixante et qui prévaut toujours aujourd’hui, soixante ans après. C’est d’ailleurs toujours de pire en pire quand on voit qu’au synode sur l’Amazonie Bergoglio se livre à un culte panthéiste avec la Pachamama, ouvre la voie au mariage des prêtres et fait même un pas, de manière insidieuse, selon le mode d’action habituel des modernistes, vers le sacerdoce des femmes. Qui peut croire sérieusement que cet homme est le vicaire du Christ ?

Même si la doctrine n’a pas changé entre saint Pie X et ses trois successeurs (Benoît XV, Pie XI et Pie XII), comme en témoigne la continuité admirable des encycliques, il n’est pas douteux que les catholiques intégraux qui étaient les plus fidèles collaborateurs de saint Pie X ont été écartés sous Benoît XV et Pie XI et qu’il y a donc eu une inflexion très fâcheuse quant à des choix pratiques, quant à la nomination, à la promotion ou au contraire à la mise à l’écart de certaines personnalités. C’est le début lointain mais réel de la situation que nous vivons aujourd’hui. Je ne suis pas de ceux qui critiquent de manière exagérée les Souverains Pontifes, bien au contraire, mais il est certain qu’il y a eu à cette époque des choix pratiques contestables. Après la condamnation du Sillon par saint Pie X et la soumission apparente de Marc Sangnier, ce dernier a ainsi été considéré comme blanchi et a pu influencer et prendre en main dans les années 1920 et 1930 une part importante des catholiques français. En Italie cela a été un peu pareil avec Don Sturzo, sauf que ce dernier a eu des problèmes avec le régime fasciste auquel il était très hostile.

Concernant la France, on ne parle généralement que de la question de l’Action Française et non pas d’une autre question qui a pourtant eu des conséquences très importantes : c’est celle des associations diocésaines. S’est jouée là une grande bataille qui a eu une influence considérable sur les équilibres du catholicisme français et sur l’épiscopat. Saint Pie X avait refusé les cultuelles, en revanche ses successeurs ont accepté les associations diocésaines, ce qui n’était pas tout à fait la même chose. Donc du point de vue de la doctrine stricto sensu, il n’y a rien à dire. Mais du point de vue des convergences pratiques entre le gouvernement français et le Saint-Siège, et surtout des conséquences que cela a eu chez les catholiques français, et singulièrement dans l’épiscopat, il y a eu comme un changement de ligne assez net qui a été particulièrement malheureux.
R. : Comment juger le fascisme d’un point de vue intégralement catholique ?
Abbé R. : Le fascisme au sens strict concerne seulement l’Italie, pays dans lequel le mouvement fasciste est né, mais dans un sens plus large il concerne toute l’Europe avec des mouvements semblables. C’est toute la question d’un mouvement qui a été une réaction née dans les tranchées à des dangers bien réels. Dans ma seconde conférence, j’étudierai quels sont les points d’accord et de désaccord entre le fascisme et la doctrine du catholicisme intégral et je montrerai comment cette revue de catholiques intégraux, Fede e Ragione, a jugé le fascisme, le fascisme du début, le fascisme-mouvement en 1919, et là c’est une opposition nette, et le fascisme-régime, à partir de la fin de 1922 et de 1923, quand la politique de Mussolini a commencé à changer, en s’éloignant de l’appui de la franc-maçonnerie qui était présent au début et en essayant de trouver un accord entre l’Eglise catholique et le mouvement fasciste.

Mgr Benigni a porté tout d’abord un jugement très sévère sur le mouvement fasciste naissant, en y voyant l’influence de la franc-maçonnerie. Par la suite, quand il a vu qu’il y avait moyen, grâce au gouvernement national de Mussolini, de travailler contre des ennemis communs, c’est-à-dire la franc-maçonnerie et toutes les sectes ésotéristes, le mouvement moderniste et démocrate-chrétien, et d’autres ennemis communs, il a choisi la collaboration. Au point de donner des renseignements au gouvernement, d’abord au ministère des Affaires étrangères, et ensuite au ministère de l’Intérieur. Comment se fait-il qu’un défenseur du catholicisme intégral soit passé d’une position hostile au mouvement fasciste à un soutien actif au gouvernement de Mussolini ? C’est ce qu’il me faudra expliquer dans la conférence.
R. : Quels ont été les rapports entre le fascisme italien et la franc-maçonnerie ?
Abbé F. R. : Le fascisme s’est déclaré ouvertement contre la franc-maçonnerie (non pas tellement sur le fond, il faut le dire, mais plutôt sur le fait que la maçonnerie était une société secrète). Il y a eu le vote du Grand Conseil qui a exclu la possibilité d’appartenir à la fois au parti fasciste et à la maçonnerie, et par la suite fut même votée une loi nationale qui, de fait, a supprimé les sociétés secrètes. Même si cette loi ne fait pas mention explicitement du mot maçonnerie, lorsque ce projet de loi a été discuté au Parlement, il était parfaitement clair que l’on parlait de la franc-maçonnerie.

D’autre part, il est absolument certain que les principaux dirigeants du fascisme italien, au moment de la marche sur Rome en octobre 1922, à l’exception notable de Mussolini, étaient quasiment tous initiés. Les deux obédiences maçonniques, le Grand Orient et la Grande Loge, apportèrent même un soutien économique au fascisme, au début du régime. Mais par la suite des attentats contre Mussolini furent fomentés par la théosophie et des groupes ésotériques. D’une certaine collaboration on est vite arrivé à une franche hostilité. Pourquoi y a-t-il eu ce changement de ligne ? Et jusqu’à quel point ? Ce sera l’un des objets d’étude de ces conférences.
R. : Pie XI venait d’être élu pape depuis quelques mois seulement quand Mussolini est arrivé au pouvoir en octobre 1922. Quelle a été son appréciation du fascisme mussolinien?
Abbé F.R. : L’appréciation du pape Pie XI est nuancée. Il a eu une attitude favorable quand il s’est agi de s’entendre avec le gouvernement de Mussolini au moment des accords du Latran en 1929, lesquels accords ont été précédés par plusieurs années de pourparlers. Il y a eu pendant cette période préparatoire des difficultés mais aussi de réels pas en avant.

Puis, par la suite, il y a eu un affrontement sur la question de l’éducation chrétienne de la jeunesse, il y eut même une encyclique de Pie XI, Divini Illius magistri, sur la question, et un autre affrontement sur la question de l’action catholique. Là ils sont presque arrivés à la rupture.

Les réserves de Pie XI à l’égard du fascisme ressemblent à celles des catholiques intégraux, ce qui est logique puisqu’il s’agit de catholiques dans un cas comme dans l’autre, mais il y a des nuances. Les catholiques intégraux avaient beaucoup apprécié l’encyclique programme de Pie XI, Ubi arcano Dei consilio, mais la ligne suivie par la secrétairerie d’Etat du cardinal Gasparri était tout à l’opposé, et surtout celle du directeur de la revue jésuite, Civilta cattolica, le père Rosa, l’ennemi mortel des catholiques intégraux. Les catholiques intégraux italiens, comme Mgr Benigni, se sont donc montrés globalement plus favorables au fascisme-régime que le Saint-Siège.
R. : Quel regard porter sur le Parti populaire chrétien, sujet de votre troisième conférence, démocratie-chrétienne qui semble avoir été souvent appuyée après-guerre par le pape Pie XII dans le souci de combattre le communisme, alors très puissant en Italie ?
Abbé F. R. : Dès la naissance du Parti populaire italien en 1919, la revue Fede e Ragione exprime une condamnation totale. Pendant ses dix ans d’existence, elle critique fortement la démocratie-chrétienne, notamment sur la question de l’aconfessionalisme. Le Parti populaire italien se définit en effet comme un parti qui ne devait ni être ni se déclarer catholique.

Quelle fut par ailleurs l’attitude de Pie XII par rapport à la démocratie-chrétienne ? D’abord il faut savoir que le catholicisme intransigeant et intégral sous le pontificat de Pie XII après la guerre n’existait quasiment plus, ce qui est tragique. Hormis le communisme, le seul mouvement organisé qui sortait de la guerre avec une victoire était démocrate-chrétien. Le pape a donc tenu compte de ce rapport de forces, soucieux de combattre un communisme puissant et menaçant. Toutefois le pontificat de Pie XII n’a pas été une identification complète avec la démocratie-chrétienne. On connaît les problèmes sérieux entre De Gasperi, le chef de la démocratie-chrétienne et Pie XII qui a été jusqu’à refuser de recevoir celui qui était pourtant le chef du gouvernement italien. Pie XII était très au fait de ces questions. Quand il a voulu la canonisation du pape Pie X, il savait à quelles oppositions il était confronté et il a bien connu Mgr Benigni dont il fut en 1911 le successeur comme sous-secrétaire aux affaires extraordinaires de la secrétairerie d’Etat. Pie XII s’est donc rendu compte du problème, mais peut-être pas assez, et la situation était de toute façon déjà très critique après la guerre.
R. : Que faut-il faire selon vous pour un militant catholique aujourd’hui ?
Abbé R. : Défendre la royauté sociale de Jésus-Christ. Il faut être intégralement catholique, c’est-à-dire non seulement adhérer à tout l’enseignement du Christ et de l’Eglise, ce qui est le minimum pour être catholique, mais au-delà il faut organiser toute la société selon les principes de la foi et de la morale catholiques, de l’enseignement du Christ et du magistère de l’Eglise. Il n’y a aucun domaine de la vie sociale de l’homme (politique, économique, civilisationnelle, familiale, éducative) où ne doivent s’appliquer les principes de la Révélation et du magistère. Tous ces mouvements populistes actuels que les media appellent de droite ou d’extrême droite ou qui parfois se désignent eux-mêmes sous le nom de gauche nationale, il faut les juger d’abord du point de vue du catholicisme et de la doctrine de la royauté sociale de Jésus-Christ. Et de ce point de vue on ne peut qu’être sévère. Salvini en Italie, même s’il tient des discours de bon sens sur la maîtrise de l’immigration, ne veut nullement remettre en question le “mariage” homosexuel non plus que l’avortement ou le caractère laïc de l’Etat. Il en est de même pour Marine Le Pen en France et pour tous les partis populistes en Europe et en Occident qui sont de surcroît soumis au sionisme et au judaïsme international, ce qui est inacceptable.

Notre but est donc de former les militants catholiques d’aujourd’hui de sorte qu’ils ne se laissent pas attirer par des mouvements et surtout des doctrines qui ne sont pas fondés sur la doctrine de la royauté sociale du Christ. Quelles que soient les difficultés, et elles sont nombreuses aujourd’hui, le militant catholique doit militer avec le drapeau catholique de la royauté sociale de Jésus-Christ bien levé. Il faut apprendre et défendre les bons principes car très souvent il y a beaucoup de confusion chez les militants catholiques d’aujourd’hui. Il est donc indispensable de se former sur toutes les questions qui concernent la doctrine sociale, étudier les bonnes sources, les bons auteurs et même retrouver une tradition qui est hélas assez méconnue.

26 novembre 2019

[Rémi Fontaine] Note à propos de Jean-Louis Touraine et Présent: pour l’honneur d’un journal(iste)!

SOURCE - Rémi Fontaine - 26 novembre 2019

Rapporteur (LREM) de la mission d’information sur la loi bioéthique, le professeur Jean-Louis Touraine s’est fait connaître à la fin des années 1970 en réalisant des greffes de cellules souches fœtales. Ne cachant pas être initié au Grand Orient de France, il a récemment déclaré parmi d’autres affirmations transgressives : « Il n’y a pas de droit de l’enfant à avoir un père à quelque moment que ce soit ! » Le journal Présent s’honorait jusque-là d’avoir été l’un des premiers à pointer sa logique d’apprenti sorcier, au grand mécontentement du mandarin lyonnais.

Il se trouve en effet que le déjà célèbre professeur a intenté naguère un procès en diffamation contre le quotidien Présent à ses débuts, suite à la parution de deux articles du 26 novembre 1983, cosignés par Hugues Kéraly (cofondateur et rédacteur en chef du journal) et moi-même, après que l’Association internationale contre l’exploitation des fœtus humains ait elle-même saisi le Conseil national de l’Ordre des médecins

Dans un livre multipliant les contrevérités et les désinformations, l’actuel gérant du néoPrésent, Francis Bergeron, prétend aujourd’hui désigner ce double article comme une « faute professionnelle ». Évoquant en effet les condamnations passées du journal pour « diffamation », il écrit dans cet ouvrage publié chez un éditeur confidentiel très peu en phase avec la pensée catholique de Jean Madiran : 

« Précisons que ces diffamations (du moins cela a-t-il été jugé comme tel) étaient assez insignifiantes, tant dans leur portée que dans leur condamnation, à l’exception d’un article de Rémi Fontaine [il omet Kéraly !] qui s’en était pris à trois chercheurs lyonnais en immunologie [il omet de nommer Touraine !], accusés de se livrer à un “abominable” trafic de fœtus. Les condamnations financières furent considérables dans cette dernière affaire et Présent dut publier à ses frais le texte de la condamnation dans cinq journaux, ainsi que dans ses colonnes. Cela coûta une fortune au journal. Erreur de jeunesse de Fontaine, sans doute, mais la faute professionnelle était plutôt grave. La direction de Présent de l’époque eut l’élégance de ne pas renvoyer le (alors jeune) journaliste. »

Loin de considérer cet article comme une grave « faute professionnelle », cette direction (tellement différente de celle d’aujourd’hui) eut surtout l’élégance de me féliciter et de m’encourager à poursuivre ce combat pour la culture de vie ainsi défendue au niveau des principes. A tel point même que Me Georges-Paul Wagner faisait toujours référence à ce procès avec une certaine fierté, comme on peut en juger aux Vingt ans de Présent :

« Une fois, je m’en souviens, au tribunal correctionnel de Lyon, où Rémi Fontaine comparaissait pour une prétendue diffamation, nous vîmes un juge assesseur se plonger de toute son âme dans la lecture de nos articles, pendant que nos adversaires péroraient et que le ministère public requérait. Il nous accordait l’exclusivité totale et en pleine audience, c’était beau comme l’antique Lugdunum ou, si on veut, comme un camion. »

A l’occasion de ses cinquante ans de barreau, je rappelais également sa défense alors quasi-prophétique (comme celle de Me Jean-Baptiste Biaggi pour Kéraly) sur le principe de l’indisponibilité du corps humain :

« Je garde en mémoire l’éloquence et la sagesse de cette plaidoirie qui n’avait pu, malgré tout, convaincre le juge féminin d’alors. Tout avait été dit avec talent et justesse. Mais nous venions évidemment trop tard aux yeux du monde et des DHSD (droits de l’homme sans Dieu). A contre-courant du vent idéologique dominant, confrontés déjà à la force injuste de la loi Chirac-Veil. » 

Profitant en effet de l’« IVG » légalisé, ces médecins usaient de certains « tissus fœtaux » intacts (empruntés selon des procédés très spéciaux) comme d’un matériel disponible à des fins thérapeutiques, disaient-ils, la fin justifiant bien sûr les moyens. Le Professeur Touraine en usait alors au terme d’une filière assez discrète et de ce qu’il faut bien appeler une discrimination, qui, pour notre malheur, fut considérée cette fois positive par la justice. Nous fûmes donc condamnés en dépit de notre antiracisme humain authentique. Paradoxe du temps…

« Tout avait été dit, témoignais-je donc, mais – une fois n’est pas coutume – nous avons perdu ce procès. Restait pour autant notre honneur d’avoir défendu de notre mieux les plus faibles parmi les plus petits de l’espèce humaine. » Ayant relu ces deux articles [toujours disponibles] à la lumière de ce que nous vivons aujourd’hui en matière de soi-disant « bioéthique » et au regard de la carrière de Jean-Louis Touraine, il n’y a aucunement à en rougir comme l’insinue ce texte. Pas plus que SOS-Tout-petits devrait avoir honte de ses procès perdus ! Si ce n’est qu’une nouvelle saillie de Francis Bergeron contre d’anciens collaborateurs historiques de Présent, outre des méthodes peu orthodoxes, elle révèle aussi et surtout que la ligne éditoriale de son nouveau journal n’est pas aussi fidèle à ses origines qu’il le prétend…

Rémi Fontaine

17 novembre 2019

[Francis Bergeron - Présent] Présent privé des aides aux quotidiens d’information politique et générale

SOURCE - Francis Bergeron - Présent - 16 novembre 2019

Une nouvelle offensive qui vise le seul quotidien de réinformation
Elle pourrait être mortelle 
Le quotidien catholique et identitaire Présent, qui entre dans sa 39e année d’existence, et qui est vendu en kiosques, a appris, par un courriel envoyé du ministère de la culture le 29 octobre à 18h30, qu’il était privé, au titre de l’année 2019, de « l’aide aux quotidiens nationaux d’information politique et générale à faibles ressources publicitaires ». 

Au nom de quoi cette aide est-elle supprimée ? Est-ce que Présent ne serait plus un quotidien, mais serait subrepticement devenu un hebdomadaire ou un mensuel ? Est-ce que Présent ne traiterait plus d’informations politiques et générales, mais se consacrerait désormais au tiercé et aux mots croisés ? Est-ce que Présent croulerait actuellement sous les revenus publicitaires ? 

Non, le Ministère de la Culture, par la voix de son « bureau du régime économique de la presse, direction générale des médias et des industries culturelles », a trouvé un autre argument, d’ordre technique, bien entendu, et pas d’ordre idéologique. Il nous explique en effet, aux termes d’un message très alambiqué, et légèrement gêné aux, entournures, que, ce qui est en l’occurrence reproché à Présent pour le priver de cette aide légale, dont bénéficient tous les autres quotidiens, c’est de n’être pas vendu assez cher. 

Le Ministère de la Culture ne peut pas écrire noir sur blanc que Présent, par son soutien à Eric Zemmour, par ses campagnes en faveur des mairies « hors système », et en faveur des candidats qui vont bousculer en mars prochain l’entre-soi des « partis de l’arc républicain », par son refus des évolutions sociétales matérialistes, eugénistes, par sa dénonciation de l’islamisme et de l’Islam politique, par ses révélations sur les actes, voire les crimes antichrétiens, en France et dans le monde, par sa mise en valeur de toutes les manifestations patriotiques, par ses appels à la résistance au grand remplacement, ne fait pas partie du camp du bien. Présent doit être toujours plus marginalisé, et ne saurait donc bénéficier de quelque façon que ce soit des aides légales de l’Etat. Au nom des valeurs démocratiques, au nom des valeurs républicaines. 

Le prix de vente moyen des quotidiens : secret d’Etat ! 

Le ministère nous a expliqué, le 29 octobre 2019 qu’il a constaté que le prix de vente du journal, au 1er janvier 2019, à 1,80 euros, n’était pas assez cher, inférieur à « 80% du prix de vente moyen pondéré des quotidiens nationaux », pratiqué au 1er janvier 2019. 

On veut bien le croire, mais, outre le fait que l’accusation d’un prix de vente trop faible est assez grotesque et misérable, nul ne sait à aujourd’hui quel est ce « prix de vente moyen pondéré des quotidiens nationaux ». Secret d’Etat ! Il ne figure d’ailleurs pas dans la réponse du ministère de la Culture. Nous n’avons toujours pas à ce jour la possibilité de vérifier si le ministère de la culture ne s’est pas trompé dans ses calculs, et à quel prix nous aurions dû vendre Présent à compter du 1er janvier 2019. 

Nous nous sommes tournés vers le Syndicat de la Presse Quotidienne Nationale pour connaitre ce fameux « prix de vente moyen pondéré des quotidiens nationaux » au 1er janvier 2019. Mais à ce jour nous n’avons aucune réponse : le syndicat nous réclame notre cotisation annuelle, mais il ne semble guère excité à l’idée de s’engager pour soutenir l’un de ses mandants. 

Pourtant le calcul devrait être simple à faire : le texte dont il nous est fait une application punitive ne concerne pratiquement que neuf quotidiens : Le Figaro, Le Monde, Les Echos, Libération, Le Parisien/Aujourd’hui, La Croix, L’Humanité, L’Opinion et Présent, bien entendu. 

Dans ces conditions, il ne doit pas être bien difficile de savoir quel était le prix de vente de ces titres au 1er janvier 2019, et de nous l’indiquer. Mais seul le ministre de la culture peut donner la liste des titres éligibles au regard des faibles ressources publicitaires, et peut expliquer les pondérations opérées pour éliminer Présent. Or aucune explication, aucun détail n’est donné sur ce calcul, dont les conséquences peuvent être la mort de Présent. 

Assurer le pluralisme de la presse écrite, disent-ils 

Dans le passé, Présent a déjà subi l’interruption du versement de ces aides à la presse, sous des prétextes divers, notamment à l’époque Mitterrand et sous Jospin pendant la cohabitation. Dans un cas Présent avait été éliminé au prétexte qu’il était vendu…trop cher, et dans l’autre, parce que qu’il ne paraissait que cinq jours par semaine au lieu de six. Les aides avaient été rétablies lors du changement de majorité. Dans ces différents cas du passé et à nouveau par la mesure qui nous est appliquée au titre de 2019, il est évident que nous avons affaire à une véritable lex presentiana, un décret ne visant en fait ou à dessein que Présent, les autres « quotidiens nationaux d’information politique et générale à faibles ressources publicitaires » appartenant, eux, à « l’arc républicain », et ayant donc naturellement droit à ces aides de l’Etat. 

Ces aides ont officiellement pour but d’assurer le pluralisme de la presse écrite. Elles sont perçues par Le Monde comme par Le Figaro ou L’Humanité. Leurs règles conduisent pourtant à éliminer le seul quotidien non-conforme : huit quotidiens politiques et d’information pour le « camp du bien », aucun quotidien pour les millions de Français en révolte contre le système ? Et L’Humanité est même garantie de publication à vie, par la voix du président de l’Assemblée nationale. C’est cela leur pluralisme ? L’Humanité, dont chaque numéro papier est subventionné par le gouvernement à hauteur de 0,46 euros, ce qui constitue une sorte de record ? 

Il nous est parfois objecté qu’accepter l’aide de l’Etat aux quotidiens à faible ressources publicitaires, c’est s’aliéner notre liberté d’écrire, et qu’il aurait été préférable de la refuser d’emblée. Mais dans le système économique français de la presse écrite, il est impossible d’éditer un quotidien papier sans les aides à la presse, et ceci alors même que la plupart des autres quotidiens politiques et d’information générale sont adossés à des groupes industriels puissants, détenus par des milliardaires internationaux (Drahi pour Libération, Niel pour Le Monde, Bernard Arnault, qui est son beau-père, pour Le Parisien et Les Echos, la famille Dassault pour Le Figaro ...). Chaque quotidien bénéficie de l’aide d’Etat à la presse, outre des renflouements réguliers de mécènes milliardaires. Présent n’a pas de mécènes milliardaires, il n’a que ses lecteurs. Quant à l’aide de l’Etat, elle nous est donc retirée, avec effet rétroactif au 1er janvier 2019, en quelque sorte. 

Soutenir que l’attribution de cette aide nous priverait de notre liberté d’expression, est démenti par les faits : en nous la retirant (elle représente 12 à15% du budget annuel du journal), le gouvernement menace l’existence même du journal, et si Présent interrompt sa publication, le débat sur notre liberté de ton soi-disant amoindrie par ces aides, ne se pose plus, pour le coup. 

Il suffit de lire Présent, ce que chacun peut faire chaque jour en allant à son kiosque, pour constater de visu si Présent s’autocensure à l’égard des puissants de l’époque. Si des artifices procéduriers sont utilisés pour priver le journal de cette aide, c’est bien que, quelque part, notre parole gêne. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, actuellement, le mouvement national est confronté à la plus importante censure et répression jamais organisée depuis un bon demi-siècle : Zemmour et le contrôle préalable de ses émissions, les réseaux sociaux qui éliminent les sites et blogs qu’ils jugent politiquement incorrects, l’OJIM, observatoire objectif des médias, menacé de procès, les militants identitaires traqués comme des criminels, le RN, Jean-Marie Le Pen, Jacques Bompard et d’autres croulant sous les actions judiciaires, le site Boulevard Voltaire qui subit des attaques informatiques, la Nouvelle Librairie, au Quartier latin, périodiquement agressée etc. 

Dans le passé, Présent avait contesté devant le tribunal administratif, les décisions qui l’avaient privé des aides de l’Etat mais le journal avait été débouté. Il est impossible en effet de prouver que le dispositif est fait pour n’éliminer que Présent, même si tout le monde comprend bien qu’avec neuf titres de presse correspondant à la définition ministérielle il est aisé de réaliser des simulations, de faire bouger le curseur, pour fixer des règles qui éliminent le seul titre que l’on veut éliminer. 

Quels sont les autres indices qui nous font penser que cette décision d’élimination de Présent n’est pas technique, mais purement politique ? 
  • Pourquoi Présent reçoit-il habituellement l’aide à la presse le dernier jour du dernier mois de l’année, alors que nous lisons que des journaux comme L’Humanité et Libération pouvaient la recevoir en cours d’année. Il est d’ailleurs curieux qu’une aide à la presse pour 2019 ne soit versée que le dernier jour de 2019, – quand elle est versée - ! 
  • En principe le ministère de la culture, si on suit son explication, connaissait dès le 2 janvier 2019 les prix de vente des titres, permettant ainsi d’exclure Présent vendu pas assez cher par rapport à la moyenne des autres titres. Mais pourquoi a-t-il attendu le 29 octobre 2019 et de nombreuses relances (notamment relances écrites des 26 août, 4 septembre, 3 octobre) pour enfin nous annoncer … que Présent était éliminé en raison de son prix de vente du 2 janvier 2019 ? Est-ce parce qu’au 29 octobre il nous était impossible de faire marche arrière ? 
  • Pourquoi le ministère ne nous a-t-il pas alerté tout de suite sur le risque de perdre nos aides ? Même question au syndicat de la presse quotidienne. 
  • Pourquoi le prix de vente moyen pondéré 2019 dont nous sommes censés nous être trop écartés ne nous est-il toujours pas communiqué ? 
  • Pourquoi le Syndicat de la Presse Quotidienne Nationale ne monte-t-il pas au créneau pour nous défendre ? 
  • Pourquoi le SPQN, qui nous réclame notre cotisation annuelle (4657,86 euros, tout de même !) relaie-t-il même la parole gouvernementale, sans commentaire, sans protestation ? Curieux syndicat… 
Une stratégie globale d’offensive contre le mouvement national 

A la vérité cette exclusion n’est pas le fruit de la malchance ou d’initiatives isolées. Elle s’inscrit dans une stratégie globale d’offensive contre le mouvement national. Le quotidien Le Monde a révélé l’existence d’une note technique gouvernementale pour torpiller l’élan patriotique et identitaire, qui se matérialisera en mars prochain par un « grand remplacement » au niveau de nombreuses mairies. Cette note technique met l’accent sur les approches juridiques, les obstacles d’ordre procédural à dresser face au mouvement national. Nous y sommes. 

L’offensive est tout azimut : les censures pratiquées de plus en plus systématiquement par les réseaux sociaux, et dont Présent a déjà fait les frais à deux reprises, la mise en place d’un contrôle préalable des prises de parole d’Eric Zemmour, par la suppression de ses émissions en direct, l’indécente campagne contre le RN à l’occasion de l’affaire de Bayonne, les mensonges et les messages de haine alimentés et relayés par les médias, spécialement les médias du service public (sic !), sans parler des menaces et agressions physiques dont font l’objet élus et candidats nationaux, et pratiquement jamais relayés dans les médias… 

Le rapport Libertex 2019, qui vient d’être publié, et qui compare la situation de la liberté d’expression dans neuf des principaux pays développés, place désormais la France en dernière position, derrière la Russie et la Hongrie, d’ailleurs, les USA, le Japon et le Danemark figurant, eux, en tête du classement. Cette dernière place de la France découle de l’absence d’une diversité d’agences de presse, des lois mémorielles, des lois « contre les propos haineux », de la censure instaurée sur Twitter et Facebook, et des pressions gouvernementales sur les applications des messageries instantanées. Sur chacun de ces points, la France a une mauvaise note. 

Beaucoup de ces atteintes à la liberté d’expression concernent les réseaux sociaux et, du coup, cela doit attirer notre attention sur la nécessité de conserver une presse écrite, beaucoup plus coûteuse, certes, mais beaucoup plus difficile à censurer, également, car nécessitant obligatoirement une décision de justice. 

Quelles sont les conséquences de cette privation d’aide, pour Présent ? Notre budget avait été établi en tenant compte de cette subvention. L’an dernier, elle avait été de 140 000 euros. Nous l’avions budgétée à hauteur de 130 000 euros, car nous constations chaque année une réduction de celle-ci, sans possibilité pour nous de savoir sur quels critères (nos budgets publicitaires, pourtant très maigres ? Notre diffusion, pourtant légèrement en hausse ?). Cette somme représente 12 à 15% de notre chiffre d’affaires annuel. 

Notre ambition, pour cette fin d’année et pour 2020, était et reste d’être en pointe dans la campagne des municipales, de multiplier les rencontres avec nos lecteurs, comme à Orange en septembre dernier et à Nancy le 7 décembre prochain, de développer des partenariats radio et télévision (TVLibertés, Radio Courtoisie, Radio Libertés), de promouvoir le livre et la lecture grâce notamment au prix des Lecteurs et Amis de Présent, d’augmenter notre visibilité dans les kiosques etc. 

Tous ces projets, nous devons les assurer, parce que c’est notre « devoir d’état », la raison d’être du quotidien Présent, qui n’est pas qu’un journal d’information. Néanmoins, nous avons été contraints de réduire immédiatement la voilure, pour faire des économies, d’utiliser par exemple un papier moins épais, et donc moins cher, pour la version papier de Présent, de réduire à douze pages au lieu de seize notre édition du samedi. 

Une question de vie ou de mort 

Mais en toute hypothèse, sans l’aide de nos lecteurs, sans un élargissement de notre lectorat, sans la possibilité de combler ce manque à gagner, Présent ne pourra pas assurer ces développements, et sans ces développements, Présent ne survivra pas, car se posera alors tout simplement la question de l’utilité de Présent. A l’heure du Grand Remplacement et de la subversion sociétale, Présent demande à tous ceux qui sont attachés à une vraie liberté d’infirmation le courage de cet effort. Par les temps qui courent, chacun se doit d’ériger le courage politique, spirituel, culturel en vertu cardinale (1). 

Pour beaucoup de lecteurs de Présent, - ils le disent -, l’abonnement, le soutien financier est déjà un effort. Mais pour la survie de Présent, alors que votre quotidien s’apprête à entrer dans sa 39e année d’existence (ce qui n’est pas rien pour un titre de la droite nationale), il faut aller plus loin. Et pour Présent, c’est une question de vie ou de mort. La formule « il vaut mieux allumer une bougie que de maudire l’obscurité » n’a jamais été autant d’actualité. Et cent bougies de la réinformation éclairent autant, sinon mieux, que les projecteurs aveuglants des gros médias. 

Il nous est aussi parfois objecté par l’un ou l’autre que ce n’est pas la première fois que Présent crie misère et appelle ses lecteurs à la rescousse. Oui, c’est exact, et ce n’est sans doute pas la dernière fois non plus. Au cours de sa très longue existence, y compris au cours des toutes premières années ayant suivi son lancement, en janvier 1982, Présent a été menacé dans sa survie, mais a pu faire face, grâce à ses lecteurs, répondant aux appels de Jean Madiran et de François Brigneau. Aujourd’hui le modèle économique des médias de la droite nationale, catholique, identitaire, passe nécessairement par des soutiens financiers exceptionnels de ses lecteurs. C’est vrai pour Présent, comme c’est vrai pour tous les autres médias de la réinformation. Mais ceci n’est pas nouveau : L’Action française, le grand quotidien de Charles Maurras, Léon Daudet et Jacques Bainville, malgré son influence intellectuelle, malgré le prestige de ses collaborateurs, malgré le dévouement ses militants, et le sang versé par les siens, lors de la Grande Guerre, ne survivait que grâce au coup de pouce financier de souscripteurs permanents. Rien n’a changé sur ce plan, ou plus exactement tout est même devenu plus difficile, malgré le sursaut patriotique actuel. Oui Présent a besoin d’une nouvelle mobilisation financière de ses lecteurs et de ses amis. 

Francis Bergeron 


(1) Cf l’essai de François Bousquet, Courage ! manuel de guérilla culturelle.