22 mai 2019

[Marie Malzac - La Croix] L’évêque de Coire choisit une maison des lefebvristes pour sa retraite

SOURCE - Marie Malzac - La Croix - 21 mai 2019

Les faits Mgr Vitus Huonder, évêque de Coire (Suisse) depuis 2007, se retirera à Wangs, dans une maison de la Fraternité Saint-Pie-X. Ce choix est pour le moins inhabituel. Pour sa retraite, Mgr Vitus Huonder, évêque de Coire depuis douze ans, a annoncé qu’il élirait domicile au sein de l’internat pour garçons de l’Institut Sancta Maria à Wangs, dans le canton de Saint-Gall. Ce lieu, précise-t-il dans une lettre du 20 mai adressée aux fidèles de son diocèse, « appartient à la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X » (FSSPX).

« À la suite du pape François, je m’efforcerai d’apporter ma contribution à l’unité de l’Église, non pour marginaliser, mais pour discerner, accompagner et aider à intégrer », précise-t-il dans ce courrier.

Le même jour, la Salle de presse du Saint-Siège a indiqué que le pape François avait accepté la démission de Mgr Huonder, soit deux ans après l’âge canonique. À sa place, le pape a nommé un administrateur apostolique, Mgr Peter Bürcher, un Suisse de 73 ans, ancien évêque de Reykjavik, en Islande.

Dans un communiqué signé conjointement par Mgr Huonder et par le père Davive Pagliarani, supérieur général de la FSSPX, il est indiqué que cette démarche s’inscrit dans « une volonté exprimée depuis longtemps ». « Le seul et unique but de cette démarche, poursuivent-ils dans cette note commune, est de se consacrer à la prière et au silence, de célébrer exclusivement la messe traditionnelle, et d’œuvrer pour la Tradition, unique moyen de renouveau de l’Église. »

La FSSPX « apprécie la décision courageuse de Mgr Huonder, et se réjouit de pouvoir lui fournir le cadre spirituel et sacerdotal qu’il désire si vivement. Puisse cet exemple être suivi, afin de « tout restaurer dans le Christ » ».
Un diocèse divisé
Les positions de Mgr Huonder sur plusieurs thématiques, en particulier relevant de la morale, ont suscité depuis son arrivée à la tête du diocèse, en 2007, l’opposition d’une partie des fidèles, réunis au sein d’une association, « Es Reicht ! » (Maintenant, ça suffit !), afin de demander au pape un changement à la tête du diocèse.

Ils appelaient aussi de leur vœu la nomination d’un administrateur apostolique, dans ce diocèse où l’évêque est non pas désigné directement par le pape mais élu par le chapitre des chanoines qui choisit l’un des candidats d’une ternaproposée par le Vatican. La nomination d’un administrateur apostolique avant l’élection pourrait permettre, selon eux, d’aplanir les choses dans un contexte polémique, afin de procéder au vote dans un climat plus serein.

Dans une lettre aux fidèles, Mgr Bürcher a indiqué avoir fait part à plusieurs reprises au pape de ses « inquiétudes et réserves sur cette nouvelle mission comme administrateur apostolique du diocèse de Coire » mais a affirmé s’être d’ores et déjà mis à l’écoute, afin de « pouvoir mieux servir ».
Positions controversées
En 2015, des propos de l’évêque de Coire sur les personnes homosexuelles avaient suscité la polémique. Lors du Forum des catholiques allemands, au cours d’une conférence sur le thème du mariage chrétien, Mgr Huonder avait cité le Lévitique (20,13) : « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux ». Il avait ajouté que ce verset devrait suffire à « remettre dans la bonne direction la question de l’homosexualité du point de vue de la foi ».

La principale association LGBT de Suisse, Pink Cross, avait immédiatement réagi en qualifiant Mgr Huonder d’« agitateur » et de « délinquant », et en exigeant des excuses publiques. Trois organismes avaient déposé plainte. Elles avaient été classées sans suite quelques mois plus tard.

Au mois de janvier, le porte-parole de l’évêque avait confirmé au site spécialisé cath.ch qu’en accord avec le pape François, Mgr Huonder y assurerait le lien entre la FSSPX et Rome, à la demande de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

20 mai 2019

[FSSPX Actualités] Communiqué conjoint de Mgr Vitus Huonder et de l'abbé Davide Pagliarani

SOURCE - FSSPX-news - 20 mai 2019

Ce lundi 20 mai 2019, le pape François a relevé Mgr Vitus HUONDER de sa charge d’évêque du diocèse de Coire, en nommant un administrateur en vue de l’élection de son successeur.
 
Selon une volonté exprimée depuis longtemps, Mgr Huonder se retire dans une maison de la Fraternité Saint-Pie X. Le seul et unique but de cette démarche est de se consacrer à la prière et au silence, de célébrer exclusivement la messe traditionnelle, et d’œuvrer pour la Tradition, unique moyen de renouveau de l’Eglise.

La Fraternité Saint-Pie X apprécie la décision courageuse de Mgr Huonder, et se réjouit de pouvoir lui fournir le cadre spirituel et sacerdotal qu’il désire si vivement. Puisse cet exemple être suivi, afin de « tout restaurer dans le Christ ».

Le 20 mai 2019

Monseigneur Vitus HUONDER  
Evêque émérite de Coire                                                  

Don Davide PAGLIARANI
Supérieur général FSSPX

13 mai 2019

[Riposte Catholique] Changement pour la forme extraordinaire à Paris

SOURCE - Riposte Catholique - 12 mai 2019

Un lecteur nous indique que des changements ont été annoncés ce matin à Saint Germain l’Auxerrois par le vicaire général du diocèse Mgr Leproux.

A partir du mois de septembre suite à l’incendie du 15 avril dernier, l’ensemble des offices célébrées habituellement à la Cathédrale Notre-Dame de Paris seront célébrés en l’église Saint Germain l’Auxerrois à Paris (sauf grand rassemblement qui seront célébrés à Saint-Sulpice). Par conséquent, les messes célébrées à Saint Germain seront déplacées ou supprimés pour une durée de 2 ans.

La messe dans la forme extraordinaire sera désormais célébrée à 9h30 en l’église Saint-Roch située à quelques centaines de mètres. Les célébrants seront l’abbé Thierry Laurent (curé de Saint-Roch), l’abbé Eric Iborra (nouveau vicaire) et le chanoine Pascal Thuillier (qui célébrait régulièrement à Saint Germain l’Auxerrois).

Notre lecteur nous indique que ces derniers mois des célébrations ponctuelles ont eu lieu dans la forme extraordinaire à Saint-Roch et que le curé, l’abbé Thierry Laurent, voulait célébrer la forme extraordinaire sur sa paroisse.

[Riposte Catholique] Ordinations à la Fraternité Saint-Pierre (Séminaire de Denton)

SOURCE - Riposte Catholique - 3 mai 2019

5 diacres du Séminaire Our Lady of Gudalupe (Denton) seront ordonnés prêtres pour la Fraternité Saint-Pierre en mai.
  • Mgr Fabian Bruskewitz, évêque émérite du diocèse de Lincoln, ordonnera prêtres les abbés John Killackey (originaire du New Jersey, USA), Ralph Oballo (originaire de Calgary, Canada), Daniel Powers (originaire de l’Illinois, USA) et Jesus Valenzuela (originaire du Texas, USA) le 24 mai en l’église Saint Thomas d’Aquin de Lincoln.
  • Mgr Terrence Prendergast, archevêque d’Ottawa, ordonnera prêtre l’abbé Luc Poirier (Originaire du Nouveau-Brunswicj, Canada) le 31 mai en la Cathédrale Notre-Dame d’Ottawa.
D’autres ordinations aura lieu pour le Séminaire Saint-Pierre (Wigratzbad) en juin.

[Abbé Claude Barthe - L'Homme Nouveau] Mgr Rey présidera le pèlerinage Summorum Pontificum, une présence encourageante

SOURCE - Abbé Claude Barthe - L'Homme Nouveau - 30 avril 2019

Pour la fête du Christ Roi, se dèroulera à Rome la huitième édition du pèlerinage Summorum Pontificum. Cette année, c'est Monseigneur Rey, évêque de Fréjus-Toulon, qui présidera le pèlerinage. L'Abbé Claude Barthe, aumônier du pèlerinage, a répondu à nos questions.
Cette année, c’est donc Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon, qui présidera le pèlerinage Summorum Pontificum.
En effet, du 25 au 27 octobre, Mgr Dominique Rey conduira ce pèlerinage au Tombeau de l’Apôtre. Sa présence sera particulièrement appréciée des pèlerins venus de toutes les parties du monde, car il est un des rares évêques à appliquer intégralement le motu proprio de 2007. Je veux dire par là que bien des évêques acceptent certes volontiers la célébration de la messe traditionnelle dans leur diocèse, mais au titre d’une permission qu’ils accordent pour tel ou tel lieu, telle ou telle paroisse. C’est une bonne chose. Mais dans le diocèse de Fréjus-Toulon, conformément aux dispositions de Summorum Pontificum, les curés de paroisses ont toute latitude pour prendre eux-mêmes, librement, l’initiative de répondre aux demandes des fidèles.
Quel est le programme du pèlerinage ?
Avant le pèlerinage, comme l’an passé, aura lieu une « Rencontre Summorum Pontificum » à l’Augustinianum, le vendredi 25 octobre, qui sera organisée par Paix liturgique et Una Voce.

Quant au pèlerinage, il commencera le vendredi après-midi par un chemin de Croix à Saint-Louis des Français, et il s’achèvera le dimanche, par une messe pontificale à la Trinité-des-Pèlerins. Mais comme chaque année, le moment fort du pèlerinage sera le samedi 26 octobre, avec une adoration eucharistique à San Lorenzo in Damaso, suivie d’une procession dans les rues de Rome, présidée par Mgr Rey, et d’une messe pontificale à Saint-Pierre qu’il célèbrera à midi.
Comment faut-il s’inscrire ?
Pour la Rencontre Summorum Pontificum, les indications seront données dans quelques temps. 

Pour le pèlerinage, un programme détaillé sera également fourni, mais aucune inscription n’est requise. On peut librement participer à tout ou partie du pèlerinage. En revanche, il faut que chacun organise son propre voyage et qu’il prévoit son logement, ce que je conseille de faire assez tôt (on peut aussi s’adresser à l’agence Via Sacra, info@viasacra.it, qui peut se charger de réservations de vols et dans des hôtels ou pensions religieuses). Les dates du pèlerinage se situent d’ailleurs au sein des vacances scolaires de la Toussaint. Pour les prêtres qui voudraient être rentrés en France le dimanche 27, afin d’assurer leur ministère paroissial, il existe des vols à tarif intéressants partant de Fiumicio le samedi après-midi. 
Vous jugez donc importante la présence de Mgr Rey ?
Pour les catholiques français, qui appartiennent à ce qu’on appelle le «peuple Summorum Pontificum», c’est un encouragement. Aussi, est-il est bon que les pèlerins de notre pays soient nombreux à l’entourer. 

En outre, la pratique conforme à l’esprit et à la lettre du motu proprio, qui est la sienne comme celle de quelques autres évêques dans le monde, doit être saluée et soutenue. La visée de Summorum Pontificum était de « banaliser » la messe d’avant le Concile, et cela doublement : d’une part, il la déclarait de soi légitime, au même titre que la messe de la réforme qui a suivi le Concile, puisque chaque prêtre de rite latin peut désormais personnellement la célébrer ; d’autre part, c’est au curé de paroisse qu’il a confié le soin de l’organisation publique de cette messe, lorsque des fidèles la demandent, au titre d’un exercice normal de sa charge pastorale. Cette normalité de l’usus antiquior est un jalon extrêmement important pour le redressement futur de la liturgie et de l’Eglise. Il est très important d’entourer les évêques qui, dans le monde, l’ont compris.