19 août 2017

25 septembre 1984 [Abbé Franz Schmidberger, Supérieur général - FSSX - Lettre aux Amis et Bienfaiteurs (n°27)] "Le Séminaire d’Ecône entre dans sa cinquième année..."

SOURCE - Abbé Franz Schmidberger, Supérieur général - FSSX - Lettre aux Amis et Bienfaiteurs (n°27) - 25 septembre 1984

Notre attitude devant la déliquescence de la foi, causées par l'oecuménisme, la liberté religieuse / Vatican II, le plus grand désastre du 20e siècle / Joies de belles ordinations sacerdotales / Consécration de toute la Fraternité au Coeur douloureux et immaculé de Marie.
Demeurez fermes dans la foi de vos pères; car il se lèvera une grande révolte dans la chrétienté. A ce moment prenez garde à ne pas être trompés par les nouveautés et les ruses du diable. Soyez unis, restez dans les pas de vos pieux ancêtres, gardez et suivez leur doctrine. Alors, assauts et tempêtes ne peuvent vous nuire.»
Saint Nicolas de Flüe, + 1487
Chers Amis et Bienfaiteurs,

Pendant qu'à Rome et dans les palais épiscopaux, sous le signe d'un faux œcuménisme, de faux droits de l'homme et d'une fausse liberté religieuse, les responsables conduisent toujours davantage l'Église à sa perte, alors que la foi catholique disparaît et que la charité du Christ se refroidit, en dépit de toute résistance et de toute opposition, se lève, à travers de bien humbles débuts, une nouvelle génération de prêtres, animée de deux seuls intérêts : glorifier Dieu Trinité et préserver les âmes immortelles de la communion éternelle avec le diable !

1. Nous refusons tout compromis entre le dogme catholique et le protestantisme libéral, de quelque nuance qu'il soit. Radoucir, diluer, ou encore falsifier la doctrine du Christ, c'est blasphémer contre Dieu, c'est humilier l'Église et causer aux âmes un dommage incalculable. Pour nous, catholiques, le Dieu que nous vénérons n'est pas le même que celui des juifs ou des musulmans, notre Rédemption ne consiste pas, comme celle des francs-maçons, en une fraternité universelle, notre conception de l'Église et de la grâce n'est pas celle des protestants. Au nom de la charité, nous devons opérer cette clarification des positions et nous écrier avec Lactance : « Seule l'Église catholique conserve le culte véritable. Là est la source de vérité, la demeure de la foi, le temple de Dieu. Qui n'y entre pas ou en sort perd tout espoir de vie et de salut. Que personne ne se fasse illusion par d'opiniâtres contestations : il s'agit de la vie et du salut : ce serait les perdre ou les éteindre que de n'y pas réfléchir attentivement et diligemment ».

Or l'entrée du Pape dans un temple bouddhiste en Thaïlande, son inclination devant le bonze bouddhiste, expriment toute l'humiliation de l'Église : on lui a arraché son sceptre et sa couronne. Dès lors le Christ n'est plus qu'une voie parmi d'autres, qu'une vérité entre beaucoup d'autres, qu'une vie laissée au libre choix.

2. La proclamation incessante des droits de l'homme fait oublier que ceux-ci ont pour fondement des devoirs correspondants, et de façon ultime les droits de Dieu: c'est dans le décalogue qu'ils trouvent leur norme et leur règle. Tout d'abord le premier commandement de Dieu : reconnaissance de Son autorité, sans « si » ni « mais », adoration et service en silence dans son Royaume: ensuite le quatrième commandement : rejet déterminé de tout égalitarisme et du travail de sape de l'autorité instituée par Dieu ; enfin le sixième: pureté, chasteté et pudeur, refus clair de la morale permissive. Alors dans les conditions spirituelles d'aujourd'hui, prôner les droits de l'homme n'aboutit qu'à flatter l'orgueil, l'habitude d'une critique égoïste, les tendances révolutionnaires, les mouvements d'émancipation destructeurs et la mentalité revendicatrice de nos contemporains, jusqu'à ce que, dans une adoration luciférienne de soi-même, ils jettent à la face de Dieu et de son Église le «non serviam» (Je ne servirai pas) !

3. La fausse liberté religieuse produit partout ses fruits délétères : le nombre des avortements augmente sans cesse (actuellement cinquante millions par an!), le divorce devient une mode, la libre cohabitation, l'état normal. A Rome va être établie à proximité du Forum une «Love City» pour attirer au péché et au vice. Les sectes se répandent comme des sauterelles sur le pays, le culte du diable, la magie noire, la sorcellerie prennent des dimensions inimaginables. Ces jours-ci justement, la télévision allemande présentait un film sur la sorcellerie et le culte de Satan, pour livrer manifestement tout un peuple au pouvoir du Malin. Le déicide social de l'ère conciliaire et post-conciliaire va coûter la vie éternelle à encore beaucoup de générations.

Nous disons ouvertement ce que nous pensons : Vatican II est le plus grand désastre de notre siècle ! Alors qu'il y a vingt-cinq ans, dans chaque église, du Nord au Sud, et de l'Est à l'Ouest, le Saint Sacrement recevait l'hommage de l'adoration amoureuse des clercs et des fidèles, voici maintenant cette adoration détruite jusque dans le dernier village, la plus petite chapelle de mission en brousse, par la réforme liturgique et l'activité progressiste ! L'indifférence, la profanation et le sacrilège ont pris sa place.

Quelle n'est donc pas notre joie de voir, sur ce sombre arrière-plan, se dégager le beau nombre d'ordinations sacerdotales de cette année (vingt-cinq pour la Fraternité et huit pour les communautés amies) ! Elles nous permettent d'étendre et de fortifier considérablement notre œuvre : nous avons fondé dix nouvelles maisons dans les derniers mois, dont une dans chacun de cinq pays: Hollande. Portugal, Mexique, Colombie et Afrique du Sud, où nous n'avions pas de fondation jusqu'ici. Avec la grâce de Dieu, un chiffre d'ordinations sensiblement équivalent l'année prochaine nous fait prévoir un accroissement semblable. Je ne puis vous donner ici tous les événements et développements des derniers mois concernant notre œuvre, la liste en serait trop longue. Toutefois le nombre d'entrées croissant dans nos quatre séminaires (cette année soixante en tout) nous pousse à chercher des possibilités de fonder de nouveaux séminaires. La formation de bons prêtres - porteurs et prédicateurs de la doctrine des Apôtres, dispensateurs fidèles des mystères de Dieu, médiateurs entre Dieu et les hommes - voici l'œuvre la plus importante, l'œuvre primordiale de la miséricorde pour les jours actuels. Nous nous préparons intérieurement à rétablir la mission universelle, et dans une première étape nous voulons fonder nos prieurés de façon disséminée, comme des avant-postes, des points de référence et des foyers ardents. Les libéraux veulent rendre le monde libéral, les socialistes, le faire socialiste, nous voulons le conquérir à la foi catholique.

Vous, chers amis, nous vous appelons à une action catholique véritable et résolue. Dans la grande bataille des esprits et des cœurs, ne laissez pas tomber le glaive ! Levez-vous pour la défense des droits de Dieu. Priez, jeûnez, faites des sacrifices, expiez, donnez l'aumône et faites le bien sans cesse. Si d'autres abandonnent et trahissent la foi, nous devons pour eux croire doublement ! Si d'autres se refroidissent dans la charité, nous devons nous substituer à eux par un triple amour! Si d'autres quittent le front, nous devons tenir à leur place. C'est pourquoi aidez-nous à former partout une élite spirituelle et à sauver de la ruine totale les institutions chrétiennes rachetées par le sang du Sauveur: séminaires et monastères, mariage et famille, Église et Cité catholique. Mais avant tout, en rendant ce service de bon samaritain, sauvez votre propre âme! Sauvez votre âme et celle de vos parents, amis, collègues et voisins. N'oubliez pas ceci: notre croissance en force est la faiblesse des libéraux, nos succès sont leurs défaites. Peut-être, grâce à vos prières incessantes, quelques évêques se décideront-ils malgré tout à rejoindre notre chemin. Ainsi l'un d'eux écrivait à Monseigneur en la fête de Saint Pie X, le 3 septembre : « Je pense très humblement que vous auriez votre parole à dire dans cette collégialité épiscopale qui m'a inspiré le besoin de m'adresser à votre cœur et votre intelligence pour vous prier de nous aider à vivre toujours davantage dans l'orthodoxie de la foi et des mœurs... Permettez-moi de vous dire toute mon affection fraternelle et mes sentiments d'estime et de considération ».

Un deuxième évêque veut nous aider à implanter notre œuvre dans son pays ; un troisième est d'accord, sinon en tout, du moins en grande partie, avec la lettre ouverte adressée au Pape en la fête de la Présentation 1983.

En la fête prochaine de l'Immaculée Conception, toute notre Fraternité, avec la branche de ses sœurs, avec ses frères et ses oblates et les membres de son Tiers-Ordre, veut se consacrer à la Très Sainte Vierge : qu'elle nous remplisse désormais de sa pensée et de ses vouloirs ; qu'Elle soit la vraie propriétaire de nos biens matériels, qu'Elle soit la « Domina » dans notre Maison, qu'Elle nous garde fidèles dans notre mission et ne nous permette pas de dévier du droit chemin. L'Immaculée Conception nous aidera à garder pur le dépôt de la Foi et à l'exposer saintement, la Mère des douleurs nous enseignera à comprendre toujours davantage le Saint Sacrifice de la Messe et à le vivre, la Reine du Ciel et de la Terre mènera pour nous le combat pour la construction du Royaume de son Fils, le Roi Jésus.

Soyez assurés de notre profonde et cordiale reconnaissance pour votre aide précieuse. Nos communautés récitent chaque jour le chapelet pour vous, vos intentions, soucis et nécessités. Et que le Dieu de bonté dirige vos jours dans sa paix, qu'il vous préserve de la damnation éternelle et vous réunisse, après la consommation de votre pèlerinage, au nombre des élus.

Rickenbach, en la fête de Saint Nicolas de Flüe, le 25 septembre 1984.

Avec ma bénédiction sacerdotale

Abbé Franz Schmidberger, Supérieur général

1er octobre 1974 [Mgr Lefebvre - FSSX - Lettre aux Amis et Bienfaiteurs (n°7)] "Le Séminaire d’Ecône entre dans sa cinquième année..."

SOURCE - Mgr Lefebvre - FSSX - Lettre aux Amis et Bienfaiteurs (n°7) - 1er octobre 1974

Le Séminaire d’Ecône entre dans sa cinquième année, celle qui préparera au Sacerdoce nos premiers séminaristes entièrement formés par les soins de la Fraternité. Cette première promotion est peu nombreuse. Ces jeunes prêtres seront les premiers de l’œuvre commencée en octobre 1969 avec les encouragements de Son Excellence Monseigneur Charrière, alors Evêque de Fribourg.
Chers Amis et Bienfaiteurs,

Le Séminaire d’Ecône entre dans sa cinquième année, celle qui préparera au Sacerdoce nos premiers séminaristes entièrement formés par les soins de la Fraternité. Cette première promotion est peu nombreuse. Ces jeunes prêtres seront les premiers de l’œuvre commencée en octobre 1969 avec les encouragements de Son Excellence Monseigneur Charrière, alors Evêque de Fribourg.

Tandis que vont gravir les degrés de l’autel ces premiers prêtres, de trop nombreux aspirants viennent frapper à notre porte pour les suivre. Nous avons correspondu depuis un an avec 130 jeunes aspirants. Nous en recevons le 5 octobre prochain au moins 40, dont 25 d’origine française et 15 de divers pays, spécialement de Suisse, des USA, de Belgique.

Avec eux se présenteront aussi 5 postulants-frères, ces dernières vocations sont rares en notre temps, car elles supposent un esprit de foi qui tend à disparaître dans un monde où il n’est question que de promotion humaine. Aussi nous nous réjouissons vivement de recevoir ces jeunes aspirants-frères qui rendront des services inappréciables aux prêtres, les déchargeant des tâches matérielles et apportant leur concours dans le ministère.

A la même époque commencera le noviciat à Albano pour cinq postulantes, chez les sœurs de la Fraternité.

Cette multiplication des vocations augmente rapidement nos charges, nous oblige à penser à de nouvelles implantations, afin de satisfaire les demandes en un moment où elles décroissent partout. A Ecône, nous utilisons déjà la chapelle provisoire, qui a nécessité de coûteux aménagements. Heureusement Saint Joseph veille et grâce à votre générosité, nous sommes persuadés de pouvoir éponger nos dettes d’ici à la fin de l’année. Nous avons d’ailleurs l’intention de placer dans l’autel majeur un livre contenant les noms des Amis et Bienfaiteurs afin que les prêtres qui célèbrent le Saint Sacrifice de la Messe, offert plusieurs fois par jour à cet autel, recommandent toutes les intentions des bienfaiteurs vivants et défunts, et cela en souvenir du livre des élus dont il est question dans le chapitre V de l’Apocalypse.

Nous souhaitons que les bienfaiteurs et amis prennent en charge matériellement et spirituellement les séminaristes de leur pays, avec l’espoir que ceux-ci pourront revenir chez eux afin d’entreprendre la vraie rénovation faite d’une foi revivifiée aux sources vives de la grâce qui n’ont jamais tari depuis le Calvaire qui les a fait surgir.

Nous sommes obligés de constater que les réformes luthériennes et les hérésies qui les motivaient pénètrent toujours davantage à l’intérieur de l’Eglise et orientent désormais les pensées et l’activité de nombreux évêques, prêtres et fidèles. Devant ce néo-protestantisme, démolisseur de l’Eglise et « vraie fumée de Satan », nous sommes plus décidés que jamais à professer la foi catholique et romaine exprimée dans les symboles de la foi, dans le serment anti-moderniste et de nous appuyer fermement sur le catéchisme du Concile de Trente. Nous refusons un œcuménisme qui trahit notre foi et notre sainte religion, qui voudrait unir l’Eglise catholique aux erreurs du monde et aux hérésies protestantes.

Face à ces abandons, ces compromissions, nous comptons sur vos prières, sur votre soutien pour former nos futurs prêtres, nos futurs religieux et religieuses dans la plus authentique tradition de l’Eglise, comme vous le souhaitez.

Nous mettons notre espoir en Jésus, Marie et Joseph qui continuent de nous bénir au milieu des contradictions et des épreuves.

« Potius mori quam faedari » — Plutôt mourir que trahir.

1er octobre 1974

+ Marcel LEFEBVRE

Supérieur général de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X

[Mgr Williamson - Initiative St Marcel] Pourquoi la Tradition ?

SOURCE - Mgr Williamson - Initiative St Marcel - 19 août 2017

Pouvez-vous, s’il vous plaît, résumer le Concile ?
– L’homme remplace Dieu. Et voilà, c’est facile !
Une des vraies raisons pour laquelle la Fraternité Saint Pie X est en train de « perdre sa saveur » (cf. Mt. V, 13) vient de ce que toute une génération de catholiques Traditionnalistes grandissent sans savoir pourquoi ils sont Traditionnalistes. Or, un catholique voulant garder la foi, ne doit-il pas savoir pourquoi il doit suivre la Tradition ? Dans toute l’histoire de l’Église catholique, le Concile Vatican II a sans doute été le théâtre de la plus violente agression contre la Tradition. Il est donc fort utile d’examiner le résumé en dix points du nouvel enseignement de Vatican II que l’on trouve dans une encyclopédie moderniste (Harper Collins, 1995). Nous avons là, pour chaque point, un bon condensé des erreurs de Vativan II. Ci-après, voici en italique, les dix points modernistes, suivis de la trame succincte de leur réfutation.

1 En premier lieu, l’Église est un mystère ou un sacrement ; elle n’est pas, avant tout, une organisation ou une institution. « Mystère » et « sacrement » sont ici des termes délibérément vagues pour permettre de diluer la notion de structure de l’Église. Pourtant, Notre Seigneur n’a-t-il pas clairement institué Pierre afin qu’il dirige ses apôtres et ses disciples pour le salut des âmes ? Pierre est pape ; les épîtres de saint Paul indiquent bien que les apôtres deviennent évêques et que les disciples accèdent à la prêtrise.

2 L’Église est constituée de tout le peuple de Dieu, et pas seulement de sa hiérarchie, clergé et religieux. Bien sûr, l’Église catholique comprend tous les catholiques, laïcs comme prêtres, mais les prêtres en sont la colonne vertébrale, ou la structure.

3 La justice et la paix font partie intégrante de la mission de l’Église, qui ne saurait se limiter à la prédication de la Parole et à la célébration des sacrements. La doctrine et les sacrements sont les moyens fondamentaux par lesquels l’Église catholique a contribué, plus que n’importe quoi ou n’importe qui d’autre, à la justice et à la paix dans le monde.

4 L’Église englobe tous les chrétiens et ne se borne pas à la seule Église catholique. Les « chrétiens » non catholiques ne peuvent jamais être d’authentiques chrétiens, dans la mesure où, pour ne pas être catholiques, ils doivent rejeter une partie plus ou moins grande de ce que Notre-Seigneur a institué.

5 L’Église est une communion, ou un collège, d’églises locales, lesquelles ne sont pas simplement des divisions administratives de l’Église universelle. Le chaos régnant aujourd’hui dans les « églises locales » du monde entier, prouve éloquemment qu’elles doivent être universellement unies et administrées sous le gouvernement – sage – d’un Pape à Rome.

6 L’Église est une communauté eschatologique ; Elle n’est pas encore complètement le Royaume de Dieu. Partout où les âmes sont en état de grâce, Dieu est roi, non seulement dans le ciel, mais déjà ici-bas sur la terre.

7 L’apostolat des laïcs est une participation directe à l’apostolat de l’Église, et pas seulement une mission que la hiérarchie se chargerait de partager avec eux. De même que le corps humain a besoin à la fois du squelette et de la chair, de même le corps mystique de l’Église a besoin à la fois du clergé et des laïcs (cf. I Cor. XII). Les erreurs opposées (cléricalisme et laïcisme) proviennent de ce qu’on exagère le rôle de l’un ou de l’autre. L’Église a besoin des deux.

8 Il existe une hiérarchie des vérités ; tous les enseignements de l’Église ne sont pas équivalemment contraignants ou essentiels à l’intégrité de la foi catholique. Seules les vérités non dogmatiques peuvent être classées par ordre d’importance. En revanche, les dogmes catholiques sont tous au même rang absolu, parce que nier un seul d’entre eux revient à nier l’autorité de Dieu, soutien essentiel à tous les dogmes.

9 Dieu utilise d’autres églises chrétiennes, voire des religions non chrétiennes pour le salut de toute l’humanité ; l’Église catholique n’est pas le seul moyen de salut. À chaque homme vivant, Dieu offre des grâces suffisantes à son salut. Celles-ci peuvent bien venir à des hommes se trouvant dans des religions non chrétiennes ou dans des « églises » non catholiques, mais elles ne peuvent jamais venir autrement que par Jésus-Christ et par son unique Église catholique.

10 La dignité de la personne humaine et la liberté de l’acte de foi sont le fondement de la liberté religieuse pour tous. Cela réfute le principe que « l’erreur n’a pas de droits ». Le catholicisme étant la seule religion véritable, la seule vraie liberté religieuse est la liberté d’être catholique. L’erreur, en effet, n’a aucun droit.

Kyrie eleison. 

18 août 2017

[Riposte Catholique] Ordination pour la Fraternité Saint-Pierre au Nigéria

SOURCE - Riposte Catholique - 18 aout 2017

Le 15 août en la fête de l’Assomption, Mgr Gregory Ochiaga, évêque émérite d’Orlu (Nigéria), a ordonné prêtre l’abbé Charles Ike, FSSP au Sanctuaire de Nne Enyemaka de Umuaka. Il s’agit de la première ordination dans la forme extraordinaire depuis 50 ans au Nigéria.

17 août 2017

[FSSPX Actualités] Au cœur des Etats-Unis : un rameau franciscain plein de vie

SOURCE - FSSPX Actualités - 17 aout 2017

Jour de joie à Kansas City : plusieurs religieuses ont renouvelé leurs voeux ou sont entrées au noviciat des Soeurs Franciscaines du Christ-Roi, une communauté fidèle à la Règle de saint François et amie de la Fraternité Saint-Pie X, dont la mission est centrée sur l’enseignement.

Le 2 août est apprécié des fidèles depuis que saint François d’Assise - sur l’ordre du Christ - est allé convaincre le Successeur de Pierre de concéder à cette date et à tous les fidèles une indulgence plénière pour la rémission de la peine due à leurs péchés.

Ce jour de grâces et de miséricorde fut aussi l’occasion d’un événement important au sein de la congrégation des Soeurs Franciscaines du Christ-Roi de Kansas City : une religieuse, soeur Marie-Louise de la Visitation, a en effet prononcé ses voeux définitifs, tandis que quatre autres ont renouvelé leurs voeux temporaires et que trois postulantes ont pris l’habit et commencé leur noviciat. Signe du caractère sacré et joyeux de cette journée : une douzaine de prêtres et plus de deux cents fidèles ont assisté à la cérémonie.

C’est le Père Trevor Burfitt, ami de longue date du fondateur du monastère - le Père Eugène Heidt - qui a reçu au nom de l’Eglise les voeux des religieuses, et qui a célébré la messe en l’honneur de sainte Marie des Anges : rien n’est au hasard car c’est dans l’église d’Assise qui porte ce nom que le Poverello avait eu la vision de l’indulgence de la Portioncule.

Les Soeurs Franciscaines du Christ-Roi ont une vocation missionnaire tout particulièrement dirigée vers l’enseignement. Elles obéissent à la Règle du Tiers-Ordre Régulier de saint François telle qu’elle a été révisée et approuvée par le pape Pie XI en 1927.

Leur fondation remonte à l’an 2000, lorsque Soeur Herlinda McCarty et le Père Heidt - tous deux rappelés à Dieu depuis - ont conjugué leurs efforts afin de donner à l’Eglise un rameau fidèle à la règle de saint François, et qui oeuvre pour enseigner aux enfants le vrai, le beau et le bien.

Désormais basées dans l’état du Missouri, les religieuses font chaque jour la route pour donner des cours à la toute proche Académie Saint-Vincent-de-Paul. N’allez pas croire que l’été soit un mois de vacances pour ces franciscaines : sans relâche, elles font le tour des chapelles du pays afin d’encadrer des camps missionnaires destinés à des jeunes filles qui pour la plupart n’ont jamais rencontré de religieuses.

Pour contacter les soeurs :
Couvent du Christ-Roi
1409 E. Meyer Boulevard
Kansas City, MO 64131
United States of America