Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

26 octobre 2007





Réponse de l'abbé Loiseau à Monsieur Permingeat
26 octobre 2007 - saintfrancoisdepaule.fr
Le 26 octobre 2007
Monsieur Permingeat a été très courtois dans sa lettre, mais malheureusement il ne répond à aucune des objections que je lui présentais.
1. Ce texte "Mise à jour", même s'il a été composé avec les commissaires de Province, n'est pas le fruit d'une collaboration avec les autorités romaines sur un sujet aussi délicat. Je maintiens que le Congrégation pour le Culte Divin, la Commission Ecclesia Dei, les évêques diocésains et les conseillers religieux concernés n'ont pas été consultés. Monsieur Mougenot, président de la fédération internationale des scouts d'Europe, a exposé son désaccord avec ce texte. De nombreux conseillers religieux de toute la France, des commissaires de district, de nombreux chefs scouts et des parents de scouts manifestent leur désaccord. J'invite donc les responsables de Château-Landon à soumettre le texte "Mise à jour" au vote de la prochaine Assemblée Générale et de le faire signer par le Conseil Pontifical pour les laïcs. L'autonomie d'une association de fidèles est relative aux orientations de l'Eglise catholique.
2. L'esprit de ce texte "Mise à jour" est une vision dialectique, la demande de parents voulant bénéficier de la forme extraordinaire du rit romain dans le cadre de la F.S.E, en accord avec l'évêque, loin de diviser le mouvement, est une richesse pour celui-ci. La situation géographique (sic) et ecclésiale de Toulon, même si nous sommes moins nombreux qu'à Versailles, permettait de vivre cette réalité sans divisions. Les tensions ne viennent alors que de la part de ceux qui refusent de voir la forme extraordinaire du rite comme un bien. Nous nous demandons alors qui est fidèle au Magistère.
L'unité n'est pas uniformité, mais communion et obéissance aux orientations du Souverain Pontife.
3. Depuis 1988 de nombreux conseillers religieux célébrant la forme extraordinaire du rit romain dans le cadre des activités F.S.E ont travaillé à cette communion. Cela s'est passé sans difficultés et nous regrettons que Château-Landon n'en tienne pas compte.
4. Ces autorités F.S.E craignent que certains se servent du rit extraordinaire pour créer des tensions et ainsi ne plus suivre la pédagogie F.S.E. C'est pour cela que des conditions pouvaient être posées. Mais interdire sans nuances en dehors de Versailles toute célébration avec le missel du bienheureux Jean XXIII est excessif et va contre le droit de l'Eglise. De plus, quand l'évêque en fait la demande et que le Conseiller Religieux a fait preuve de son esprit de communion, il n'existe pas de danger d'avoir des groupes extrémistes, l'histoire le prouve depuis 1988.
5. Monsieur Permingeat ne comprend pas que certains parents demandent la création d'un groupe utilisant le missel du Bienheureux Jean XXIII. Pour lui, il existe suffisamment d'unités avec le missel de Paul VI bien célébré. Encore une fois, il refuse de voir le missel tridentin comme une spiritualité qui contribue à l'éducation. Cela apparaît comme une opposition au missel de Paul VI. Monsieur Permingeat n'est pas dans l'esprit du Motu proprio.
Etant donné l’effort de la F.S.E de se rapprocher des paroisses et permettre ainsi la création de groupes, il est injuste de l’interdire à la seule paroisse personnelle.
6. Il existe une liste d'attente importante pour les meutes de Toulon. Certaines n'ont pu ouvrir faute de chefs ; notre paroisse avait les moyens de commencer une meute cette année, il était donc légitime de la demander. Avant le texte "Mise à jour", il n'était nullement question pour les parents de retirer les enfants des autres unités. La présentation des faits par Monsieur Permingeat est donc fausse. Ce n'est qu'en constatant l'injustice et les incohérences des nouvelles dispositions que des parents ont décidé de retirer leurs enfants des unités déjà existantes.
7. L'article le plus controversé est toujours maintenu : "seuls les prêtres célébrant habituellement dans la forme ordinaire pourront être Conseillers Religieux". Canoniquement, cet article est nul. Il sera certainement retiré. Une association de fidèles ne peut statuer sur la mission du prêtre et faire une discrimination à propos de son rite. Nous revendiquons l'autonomie des évêques et des prêtres face aux prétentions de Château-Landon. Une association catholique ne peut aller contre le droit de l'Eglise. Espérons que cet article soit juste un malentendu.
8. Enfin il est question d'unité et de communion. Mais soyons sérieux, ce texte "Mise à jour" ne trompe personne. Il est compris par des évêques, des pères abbés, de nombreux prêtres et fidèles comme un texte de rupture et de durcissement par rapport aux dispositions de 1988. Il s'oppose clairement à l'esprit et aux orientations du Souverain Pontife Benoît XVI. Nulle part dans ce texte, il n'est fait allusion au livre blanc, comme le dit Monsieur Mougenot : "C'est normal, il contredit ses dispositions".
C'est beaucoup de bruit pour quelques louveteaux, pourrait-on dire. Il s'agit malheureusement d'un enjeu beaucoup plus important puisque c'est le respect des décisions du Souverain Pontife et la reconnaissance de différents charismes dans l'Eglise. La Nouvelle Évangélisation ne peut faire l'impasse sur cette fidélité à l'Eglise dans ses différentes composantes. Malheureusement, ce manque de fidélité au Magistère et d'accueil des différents charismes est trop souvent le drame de l'Eglise qui est en France…
9. Nous avons donc ouvert une meute Europa Scout avec quinze louveteaux. Je remercie son président Monsieur Georges Verny, connu pour sa modération et son sérieux, de nous avoir accueillis. Notre évêque reconnaît donc les Europa Scout comme l'un des quatre mouvements scouts diocésains. Je rappelle que les Europa Scout ont été lancés par Monsieur Perig Géraud-Keraod, fondateur des Scouts d'Europe. Ce mouvement est agréé par le Ministère de la Jeunesse et des Sports.
Souhaitons que les nouvelles dispositions des Scouts d’Europe soient dépassées pour vivre une plus grande unité dans la fidélité au Saint Père.
Abbé Fabrice Loiseau,
Conseiller religieux du clan de Toulon.