Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

19 juillet 2013

[DICI] France : A l’occasion des prises de voile à Caussade

SOURCE - DICI - 19 juillet 2013

A ceux qui douteraient de l’importance de l’habit religieux, le R.P.Jean-Jacques Marziac, supérieur de l’Institut des Coopérateurs du Christ-Roi, a rappelé à l’occasion de la prise de voile de deux religieuses à Caussade (Tarn-et-Garonne), ces propos de Ferdinand Buisson, parlementaire franc-maçon :

« Je connais le proverbe qui dit : l’habit ne fait pas le moine », lançait le propagateur de l’enseignement laïc, le 4 mars 1904, à la Chambre des députés. « Eh bien, moi, je soutiens que l’habit fait le moine. L’habit est en effet, pour lui et pour les autres le signe, le symbole perpétuel de sa mise à part, le signe qu’il n’est pas un homme avec tous les hommes. Cet habit, c’est une force, c’est la force et la mainmise d’un maître qui ne lâche jamais son esclave. Et notre rêve, c’est précisément de lui arracher sa proie.

« Quand l’homme aura déposé son uniforme du milieu où il est enrôlé, forcément il retrouvera la liberté de s’appartenir, il n’aura plus une règle qui enserre, moment après moment, toute sa vie, il n’aura plus un supérieur à qui demander des ordres pour chaque acte de son existence. (…) Il ne sera plus l’homme de la congrégation, il deviendra tôt ou tard, l’homme de la famille, l’homme de la cité, l’homme de l’humanité.

« Il faudra bien que le religieux sécularisé se mette à gagner sa vie comme tout le monde. Nous n’en demandons pas plus, le voilà libre. (…) Longtemps peut-être, il restera attaché à ses idées religieuses et autres. Gardons-nous de nous en plaindre. (…) Laissons-le se laïciser tout seul, la vie aidant. Comptons sur la nature pour reprendre tous ses droits. (…) C’est par la liberté que nous le gagnerons à la liberté. »

Après le concile Vatican II, une multitude de prêtres et de religieux jetèrent aux orties – ou au Buisson ! – leur soutane et leur bure pour adopter une tenue civile, au nom de l’apostolat par « l’enfouissement ». Aujourd’hui la pensée de Ferdinand Buisson a un héritier zélé en la personne du ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, qui lui a consacré un livre Une religion pour la République : la foi laïque de Ferdinand Buisson (Le Seuil, 2010). Selon lui, la laïcité est « un principe de tolérance certes, mais plus encore de philosophie positive, c’est aussi une religion ». La laïcité est même « la religion de toutes les religions, de toutes les confessions, la religion universelle. » Et ce ministre qui veut réintroduire des cours de morale laïque à la rentrée 2015, a l’ambition de « forger une religion qui soit non seulement plus religieuse que le catholicisme dominant, mais qui ait davantage de force et de séduction, de persuasion que lui. » C’est pourquoi il n’hésite pas à demander dans une lettre adressée aux recteurs d’Académie, le 4 janvier 2013, de «s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités».

L’Institut des Coopérateurs du Christ-Roi donne les exercices spirituels de saint Ignace à la Maison Saint-Joseph – Le Treilhou – 82300 Caussade
 
Téléphone : 05 63 93 00 88
 – Télécopie : 05 63 93 94 03
(Source : Caussade – DICI n°279 du 19/07/13)