Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

5 juin 2001

[Abbé Aulagnier - Certitudes] « Nous sommes à la fois à l'avant-garde et à l'arrière-garde, mais toujours en première ligne » ("Des prêtres pour l'Eglise romaine")

Abbé Aulagnier - Nouvelle revue CERTITUDES (n°6) - juin 2001

Contribution publiée dans le cadre de l'enquête dirigée par l'Abbé de Tanoüarn

De quelle manière la Fraternité Saint-Pie X se met-elle concrètement au service de l'Eglise aujourd'hui?
Non seulement la Fraternité sert l'Eglise, mais je crois qu'il ne faut pas hésiter à dire que concrètement elle rend service à l'Eglise. D'abord en maintenant vivace l'esprit sacerdotal et le transmettant aux générations qui frappent aux portes de nos séminaires. Nul ne peut douter du service que rend la Fraternité à l'Eglise par ses séminaires de par le monde. Deuxième service, la Fraternité Saint-Pie X maintient la messe tridentine, le plus beau des trésors, le seul enseignement facile régulièrement suivi aujourd'hui par les fidèles. Si l'on touche la liturgie, c'est l'enseignement du peuple qui est affaibli ; cette messe étant riche de toute la doctrine catholique, il est de la plus haute importance de la maintenir pour que concrètement le peuple en vive. Troisièmement nous maintenons un langage doctrinal clair. Le peuple chrétien a besoin de certitudes et non de ces considérations nébuleuses où brille le modernisme. L'enseignement simple, liturgique, dogmatique que dispensent journellement les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X est sans doute le plus beau service concret qu'ils rendent à l'Eglise car ils forment ainsi toute une génération de vrais chrétiens. Il faut encore ajouter un service trop oublié et très concret aussi cependant : nous maintenons l'usage de la langue latine. Mgr Lefebvre, dans son itinéraire spirituel, a bien noté l'importance de cette transmission du latin sans laquelle il, n'y a pas d'authentique culture ecclésiastique en Occident. Vous m'avez demandé d'être concret, ces idées ne sont pas des idées en l'air ; elles font l'objet des préoccupations quotidiennes des supérieurs dans la Fraternité Saint-Pie X. Nous voulons transmettre ces principes aux jeunes lévites que nous formons et qui, si bienveillants soient-ils à l'égard de toutes les formes de la Tradition catholique, n'en restent pas moins des enfants du siècle. Cette oeuvre de transmission suppose une énergie farouche ; il s'agit d'inculquer des principes catholiques à toute une génération, rien de moins. Nous sommes les seuls à nous opposer aujourd'hui au subjectivisme moderne, qui a envahi l'Eglise sous le nom de liberté religieuse et qui corrompt l'acte de foi lui-même : désormais, même dans l'Eglise, c'est : chacun sa vérité.
 
Voilà l'esprit contre lequel nous luttons et cette lutte ne date pas d'hier, mais désormais nous la menons presque seuls. Imaginez que lorsque Mgr Lefebvre entre au Séminaire français, en septembre 1922, il était lui-même imbu de ces grands principes des droits de l'homme, il le raconte dans Petite histoire de ma longue histoire. Ce sont les encycliques des papes, c'est l'enseignement du Père Le Floc’h qui le détourne de cet esprit, qui, avant la lettre, est celui de la liberté religieuse et du concile Vatican II.
Qu'est-ce que la romanité dont Mgr Lefebvre parlait si souvent ?
La romanité pour nous, c'est un attachement indéfectible à l'Eglise fondée sur Pierre. Pierre a donné son sang dans un glorieux martyre à Rome, il n'y a pas d'autre Eglise romaine que l'Eglise sise à Rome sur le tombeau de Pierre. La romanité n'est pas une abstraction mais un amour physique pourrait-on dire pour Rome et le tombeau de Pierre. D'où notre combat, nous sommes face à des modernistes qui préfèrent Jérusalem à Rome, ainsi le cardinal Martini actuel archevêque de Milan n'a pas fait mystère de son intention de se faire enterrer à Jérusalem. À Jérusalem et non à Rome. Certes la Palestine est une belle terre, celle de la promesse, Jérusalem est la ville où l'on peut mettre ses pas dans les pas du Christ. Loin de moi l'idée de diminuer cette ville et cette terre en quoi que ce soit, mais enfin pour un chrétien Jérusalem reste de l'ordre de la mémoire, Rome est l'ordre de la vie. C'est de Rome que sont partis les missionnaires et que la vitalité sanctifiante de l'Eglise a rayonné. Je ne veux pas dire non plus que l'Eglise romaine est une Eglise centralisée à Rome. La romanité ne s'est jamais manifestée comme la négation du particularisme des régions mais la richesse et la beauté de tous les pays chrétiens vient toujours de Rome d'une manière ou d'une autre. Quoi qu'on en dise c'est du sang de Pierre que l'Eglise tire sa vitalité dans les différentes régions du monde où le message du Christ est prêché.
M. l'abbé, je ne vous pose pas, à vous, la troisième question de cette enquête, car je crois que les deux chapitres que vous consacrez aux sacres de 1988 dans votre ouvrage La Tradition sans peur sont absolument définitifs sur cette question. Je me contente, avec votre permission, d'y renvoyer le lecteur de ces lignes. Et je vous adresse immédiatement la dernière question de cette enquête : selon vous, la Fraternité Saint Pie X est-elle une avant-garde ou une arrière-garde dans le combat catholique aujourd'hui ?
Dans leur cycle d'études théologiques, les membres de la Fraternité étudient les Pères de l'Eglise. On pourrait le leur reprocher en leur objectant que le monde évolue et que ces vieux textes ne sont plus d'aucun secours pour l'homme d'aujourd'hui. Mais ce serait oublier que la Vérité n'a pas d'âge, la foi est toujours la même hier aujourd'hui et demain. Et puis, au-delà de tous les bouleversements qui traversent nos sociétés, la nature humaine demeure et Dieu est Dieu. Lorsqu'on tend vers son éternité, on n'a pas besoin d'être à la mode... Je répondrais donc volontiers à votre question : nous sommes à la fois à l'avant-garde et à l'arrière-garde, mais toujours en première ligne, tant que nous garderons le souci de servir la Vérité. C'est ce que Notre Seigneur nous enseigne dans l'Evangile, lorsqu'il nous dit : « Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive »...