21 mars 2017

[fsspx.news/fr] Mgr Pozzo : « Le magistère n’est pas au-dessus de la Tradition »

SOURCE - fsspx.news/fr - 21 mars 2017

Le journal allemand Die Tagespost a ouvert ses colonnes à Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission Ecclesia Dei, le 17 mars dernier. L’archevêque y aborde la question des rapports de la Fraternité avec Rome et son espoir d’arriver prochainement à un règlement de la situation.
Le prélat en charge des relations avec la Fraternité Saint-Pie X en a profité pour dissiper la fausse rumeur selon laquelle il aurait servi de médiateur dans l’achat d’une maison pour la Fraternité à Rome « Je n’ai joué aucun rôle dans cette prétendue affaire, même s’il va sans dire que l’attribution à la Fraternité d’une église en plein Rome suppose sa reconnaissance préalable », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne les bruits de reconnaissance canonique diffusés par les médias, l’archevêque pense que les choses avancent et vont bientôt arriver à leur terme, assurant que « l’identité spirituelle, théologique, liturgique, disciplinaire et pastorale de la FSSPX serait garantie par une loi particulière ». Quand ? « Il n’y a aucune date-limite pour l’aboutissement de ce projet », assure le prélat qui confie cette intention à Notre-Dame de Fatima.

Mgr Pozzo donne d’autres informations : une déclaration doctrinale sera soumise à l’approbation de la Fraternité, garantissant le principe d’un magistère qui n’est pas au-dessus de la Tradition mais qui doit la servir sans ajouter rien de nouveau au dépôt de la foi ; et permettant de « rejeter comme erronée une interprétation, une compréhension ou une pratique issue de Vatican II en rupture avec ce qui a été précédemment enseigné ». De plus, des discussions doctrinales seront toujours d’actualité après une éventuelle reconnaissance, dans le but de clarifier les ambiguïtés du Concile.

Pour sa part, le Supérieur général de la Fraternité reste serein et prudent, comme il l’a déclaré sur les ondes de Radio Courtoisie, le 26 janvier dernier : « Est-ce qu’une Eglise qui depuis 40 ans a imposé une ligne, qui est cette ligne moderne, une ligne contre laquelle on se bat, à cause de laquelle nous avons été déclarés schismatiques, hors de l’Eglise et tout ce qu’on veut… Est-ce que cette Eglise est oui ou non disposée à nous laisser continuer notre chemin ? (…) C’est toute la question. Et tant qu’elle n’est pas suffisamment réglée, nous ne pouvons pas avancer. » (Sources : FSSPX.Actualités / Die Tagespost)