Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

13 juillet 2007





Pourquoi j'obéis au pape, par Hyppolite Simon
13 juillet 2007 - lemonde.fr
Depuis la parution du motu proprio de Benoît XVI libéralisant la liturgie catholique en latin, je suis souvent interrogé sur ce que je vais faire. A chaque fois, je réponds de la même manière : "Quelle question ! Eh bien, je vais obéir, évidemment !" Et je vais obéir pour deux raisons. La première, qui suffirait, parce que je suis évêque et que j'ai promis communion et obéissance au pape au jour de mon ordination. Si j'avais des raisons, en conscience, de ne pas obéir, je n'aurais qu'une chose à faire : présenter ma démission à Rome. Mais je n'ai pas de motif de conscience qui m'obligerait à démissionner et je ne vais pas abandonner mon peuple en rase campagne pour une question de rites liturgiques. Cela étant, j'obéirai comme j'ai toujours essayé de le faire : les yeux ouverts, aussi lucidement et aussi intelligemment que possible. Ma seconde raison d'obéir tient à ceci : les effets de la décision du pape ne seront sans doute pas ceux que toute la presse nous annonce. Pour bien mesurer cela, il faut oublier les anticipations dont certains médias nous ont rebattu les oreilles depuis des mois et il suffit de lire les textes publiés par Benoît XVI. On voit vite en quoi ils diffèrent de tous les pronostics annoncés. Si l'on se contente de juger superficiellement selon les catégories "ouvert-fermé" "progressiste- intégriste", "passéiste-moderne", etc., qui sont les catégories de la presse people, alors évidemment, le compte du pape sera vite réglé, mais on n'ira pas loin.
Lisons bien ce qu'il écrit : "Il n'est pas convenable de parler de ces deux versions du missel romain comme s'il s'agissait de deux rites. Il s'agit plutôt d'un double usage de l'unique et même rite." Par cette phrase, Benoît XVI nous débarrasse donc définitivement de tous les discours que nous avons dû subir, usque ad nauseam, sur la "rupture entre la messe de saint Pie V et la messe de Paul VI", sur la messe "moderne, protestantisée, etc." qui serait à contre-distinguer de la "messe de toujours", etc. J'en passe et de pires.
Alors, quand je lis, un peu partout, que le pape accorde tout aux intégristes et qu'il n'exige rien en contrepartie, je ne suis pas d'accord : il leur accorde tout sur la forme des rites, mais il ruine totalement leur argumentaire sur le fond. Tout l'argumentaire de Mgr Lefebvre reposait sur une prétendue différence substantielle entre le rite dit de saint Pie V et le rite dit de Paul VI. Or, réaffirme Benoît XVI, il n'y a pas de sens à parler de deux rites. On pouvait, à la rigueur, légitimer une résistance au concile si l'on pensait, en conscience, qu'il existait une différence substantielle entre deux rites. Peut-on légitimer cette résistance, et a fortiori un schisme, à partir d'une différence de formes ?
Il faut aussi remarquer que Benoît XVI a publié - hasard du calendrier ? -, une semaine auparavant, sa "Lettre aux catholiques de Chine" qui est une très belle apologie de la liberté religieuse. Ensuite, mardi 10 juillet, la Congrégation pour la doctrine de la foi nous a envoyé une note, pour justifier l'expression, si décisive par le concile, du verbe "subsistit in" - l'Eglise du Christ "subsiste dans" l'Eglise catholique - en lieu et place du verbe "est" dans la constitution Lumen Gentium. Or, sans entrer dans une analyse trop technique, j'ai souvenir d'avoir lu sous des plumes intégristes que ce choix du verbe "subsistit in" à la place du verbe "est" était le début de la catastrophe conciliaire car il constitue précisément le fondement théologique de l'oecuménisme. Le choix de cette troisième publication, à cette date, ne me semble pas destiné à marquer une fois de plus les limites du dialogue avec les autres Eglises et communautés chrétiennes. Dans cette perspective, ce ne serait qu'une énième redite. Je le comprends bien plutôt comme l'invitation à ne pas refuser une articulation-clef de la pensée de l'Eglise catholique sur elle-même et sur les autres chrétiens. Je crois vraiment que nous aurions tort, ici, de nous tromper de lecture.
A partir de là, il suffit de se souvenir de la façon dont Mgr Lefebvre a répété sa triple opposition à la liberté religieuse, à la messe moderne et à l'oecuménisme pour ne pas soupçonner Benoît XVI de tourner le dos au concile. En reliant ces trois textes, je comprends mieux l'intention du pape. Sachant que, si les disciples de Mgr Lefebvre ne reviennent pas maintenant au sein de l'Eglise catholique, ils risquent de "s'enkyster" pour très longtemps, Benoît XVI leur accorde une concession majeure sur la forme du rite, mais il ne cède rien sur la substance du concile.
En conclusion, je reviens à la question de l'obéissance. Il suffit de comparer l'attitude d'André Depierre, l'un des pionniers des prêtres ouvriers, et celle de Mgr Marcel Lefebvre. En 1954, André Depierre a obéi loyalement, et quatre ans plus tard il a pu reprendre le ministère de prêtre ouvrier auquel il a consacré sa vie. Mgr Lefebvre a désobéi en 1988 et, vingt ans après, ses disciples sont encore englués dans des contradictions dont ils n'arrivent pas à se défaire. Peut-être d'ailleurs tout simplement parce qu'ils n'ont même pas conscience d'avancer sur une trajectoire qui a dérivé insensiblement aux antipodes des positions de celui dont ils se réclament. C'est le signe que la Terre a continué de tourner et que les mots ont fini par changer de sens. Ces derniers mois viennent d'en donner la preuve. Il était tout de même surprenant d'entendre les disciples supplier le pape de libéraliser la messe en latin, sans se rendre compte que leur "maître" a lutté toute sa vie pour garder le Syllabus de Pie IX, qui condamnait précisément toute forme de libéralisme. Mais savent-ils encore ce qu'a représenté le Syllabus et les drames qu'il a légitimés ?
Je n'ai nullement envie, ici, d'ironiser. J'espère que nous allons pouvoir, avec une bonne dose de patience et un peu de pédagogie, dépasser assez vite les turbulences que va nécessairement provoquer ce motu proprio. Surtout, au moment où nos frères traditionalistes ont, de facto, renoncé au Syllabus, j'espère que les fidèles attachés au concile ne vont pas s'enferrer dans le fondamentalisme d'une prétendue ouverture à la modernité, qui ne serait que le symétrique du fondamentalisme d'une prétendue fidélité à la tradition. Il faut toujours le redire : il arrive que la posture d'un revendiquant démente complètement le contenu d'une revendication. Et il ne faudra surtout pas se polariser sur le latin comme "marqueur" de fixation sur le passé. Quand, à Taizé, une foule de jeunes chante "Ubi caritas et amor...", il ne nous reste qu'une chose à faire : essayer de mettre en oeuvre, très simplement, ce qu'ils proclament...
Hyppolite Simon, Archevêque de Clermont-Ferrand