Ce blog n'est plus mis à jour. Les articles en ligne restent accessibles. Merci à toutes les personnes qui ont soutenu cette initiative.

31 mai 2016

[Abbé Karl Stehlin, fsspx - Militia Immaculatae] "Lorsque Saint Maximilien écrivait aux chevaliers..."

SOURCE - Abbé Karl Stehlin, fsspx - Militia Immaculatae - Lettre n°1 du Père Directeur - 31 mai 2016

Très chers Chevaliers de l’Immaculée !

Lorsque Saint Maximilien écrivait aux chevaliers, ceux-ci avaient l’habitude d’intituler ses messages « lettres de Notre Père Directeur ». Après sa mort ses successeurs, les modérateurs internationaux de la MI, ont longtemps perpétué cette tradition pour la simple raison qu’il était plus facile d’utiliser le terme « directeur » plutôt que le terme canonique mais compliqué de « modérateur international ». Comme la Divine Providence, à travers la voix des supérieurs, a choisi votre serviteur pour modérateur international de la « Milice de l’Immaculée – observance traditionnelle », permettez-moi de suivre les traces du saint fondateur et de vous envoyer plus ou moins régulièrement une « Lettre du Père Directeur». 

De la même manière que les chevaliers de ce temps considéraient Saint Maximilien à la fois comme leur père et leur guide, je vous demande humblement de prier pour que je devienne un écho fidèle de sa personne, afin qu’aujourd’hui, où nous manquons cruellement de vrais pères et guides, il puisse être à nouveau et toujours davantage « notre bien aimé Père Directeur ».

Dans cette première lettre je souhaite vous présenter les origines de la « Milice de l’Immaculée d’observance traditionnelle » et vous relater brièvement son parcours, depuis ses origines jusqu’à nos jours.

Lors de notre première année au séminaire, en 1981, les chefs du (traditionnel) Mouvement de la Jeunesse Catholique en Allemagne (KJB) publièrent un communiqué consacré à la vie et aux travaux apostoliques de Saint Maximilien Kolbe. Les séminaristes que nous étions furent fascinés par la découverte de ce Saint contemporain, qui était absolument si traditionnel dans sa foi profonde et son zèle apostolique mais qui simultanément travaillait avec les moyens techniques modernes de son époque. Un saint qui fascine même les jeunes gens de notre époque.

Cette problématique de la conversion des jeunes gens se manifesta à nouveau, lorsqu’en 1986 nous fûmes nommés en Afrique. Inspirés par le message des apparitions de Notre Dame à Fatima (les trois volumes de Frère Michel de la Sainte Trinité) et la biographie de Saint Maximilien Kolbe (écrite par Maria Winowska), Monsieur l’abbé Loïc Duverger fonda en 1988 un mouvement pour jeunes filles, la « Compagnie de l’Immaculée ». De la même manière que la MI compte trois groupes, les filles furent séparées en « enfants, servantes et apôtres de l’Immaculée ». Chacune d’entre elles réaliseraient toujours plus généreusement les requêtes du Cœur Immaculé formulées à Fatima. Chacune d’entre elles se dévoueraient toujours plus généreusement pour la conversion des autres filles. Les résultats furent étourdissants : Après cinq années d’existence, des groupes de la « CI » étaient établis dans divers quartiers de la capitale du Gabon afin de convertir les enfants du voisinage. De nombreux « apôtres » furent enrôlés comme catéchistes au profit de l’instruction des mille cinq cents enfants de notre Mission Saint Pie X. Lors du jubilée du 75° anniversaire de Fatima la CI joua de nombreuses fois la pièce de théâtre des apparitions et attira des centaines de conversions à l’Eglise. Mais le fruit le plus merveilleux était le changement intérieur de nombreuses jeunes filles qui vivaient une authentique vie intérieure et qui montraient parfois un courage héroïque pour défendre la foi en milieu païen ou même au sein de leurs familles. Certaines d’entre elles ont amené leurs parents, frères et sœurs, à se convertir. Parmi celles qui moururent jeunes à cause de certaines maladies tropicales, nous pouvions observer un rare degré de vertu et même de sainteté. 

De telles incroyables surprises affirmèrent en nous la conviction de l’exceptionnel pouvoir de l’Immaculée à notre époque, l’importance exceptionnelle de Fatima et la nécessité de réaliser tous nos travaux apostoliques seulement avec ELLE et sous SON commandement.

Mais ce fut uniquement en 1994, lorsque nous fûmes nommés de manière inattendue en Pologne pour y démarrer le travail de la Tradition Catholique, que nous découvrîmes réellement qui était Saint Maximilien Kolbe et sa Milice. La lecture de ses lettres et conférences dans sa langue maternelle nous firent découvrir un génie universel, à la fois contemplatif et très actif, un théologien des très profonds mystères de Marie et un maître de l’organisation qui employait les moyens techniques et inventions modernes pour faire connaître et aimer Notre Reine par des millions de gens. Ce petit moine, en permanence mortellement malade, a fondé l’un des plus importants mouvements mariaux au monde, après « La Légion de Marie » et « L’Armée Bleue de Notre-Dame de Fatima ». C’est dépourvu de moyen matériel qu’il a ouvert un couvent appelé « la Cité de l’Immaculée » et qui, depuis les temps médiévaux, devint le plus important au monde, avec près de 1000 habitants en seulement 15 ans. Non content de raviver la flamme de l’amour envers Marie dans sa patrie, il partit en Mission dans la lointaine Asie avec le désir d’attirer à Elle « un milliard d’âmes ». Après une vie héroïque, il accomplit son sacrifice suprême dans le hungerbunker (bunker de la faim) à Auschwitz en offrant sa vie pour un co-prisonnier, père de famille.

Lorsqu’en 1997 nous nous installâmes à Varsovie pour ouvrir le premier prieuré, il était évident que nous rendions de fréquentes visites à Niepokalanów, la Cité de l’Immaculée. Quand nous contemplions les restes de ce gigantesque apostolat (musée, chapelle originelle et les pièces où le Saint vivait, ainsi que le cimetière où repose ses héroïques compagnons, etc.) c’était comme si le Saint lui-même venait nous rencontrer. Expérience unique que d’avoir de longues conversations avec des frères avancés en âge qui l’avaient connu personnellement !

Cependant, il nous fallut découvrir l’autre face de la MI : le lieu était rempli de mouvements charismatiques, la librairie remplie de livres très libéraux et modernistes, nous étions souvent les témoins de cérémonies liturgiques et de réunions dont le but était de susciter des émotions creuses similaires à celles que vous pouvez trouver dans tout concert de rock. 

En 1997 furent également publiés les nouveaux statuts de la MI, très différents des anciens. L’un des best-sellers était un livre du modérateur général de la Milice, le Père Simbula, qui critiquait fortement le Saint fondateur pour son étroitesse d’esprit et pour « être resté engoncé dans les opinions de son temps ». Quand nous interrogeâmes les frères âgés qui connaissaient le Saint au sujet de ces changements, nous entendîmes régulièrement la réponse, dites tristement : « maintenant tout a changé ». Le « Chevalier de l’Immaculée » devint une publication remplie d’allusions modernes et vidée de son sens originel.

Au même moment de jeunes fidèles nous demandèrent si nous ne pouvions pas recommencer la Milice de l’Immaculée telle que Saint Maximilien la fonda étant donné que depuis les années 20, la catholique Pologne était profondément influencée par la MI… 

Cette requête nous obligea à analyser si cette idée avait oui ou non un sens, car nous avions déjà dans la Tradition Catholique de nombreux autres mouvements mariaux. En fonder encore un autre pouvait diviser le nombre et la force des existants. Une petite croisade de prières fut organisée pour que l’Immaculée nous fasse connaître Sa volonté.

C’est à ce moment-là que nous découvrîmes un aspect encore plus profond de la Milice et de son Saint fondateur, à savoir que ce mouvement est unique au monde et parfaitement adapté à notre temps pour les raisons suivantes :
1. Comme le nom l’indique, Militia Immaculatae renvoie à l’Eglise Militante, la vraie Eglise Catholique sur terre dans son combat permanent contre le diable, le péché et l’erreur. Depuis 50 ans ces thèmes catholiques essentiels ont été effacés de tous les esprits des fidèles à qui l’on a enseigné la recherche de la paix universelle et le respect mutuel de toutes les religions. Pire encore : toujours depuis 50 ans les plus importantes éternelles réalités concernant le ciel, l’enfer, le purgatoire, la mort, le jugement, le combat contre le diable, la conversion de l’erreur à la seule église catholique… ont été largement abandonnés et remplacés par le désir d’unifier le monde dans une paix et compréhension mutuelle. Le nouvel ordre mondial maçonnique est devenu l’idéal de bien des catholiques. 
Contre cette peste moderniste la MI apparaît comme un remède contre le pacifisme de notre époque et un puissant rappel de la seule véritable perspective : nous sommes sur terre pour nous battre pour le salut des âmes. La MI insiste sur les valeurs éternelles et l’utilisation correcte du temps de notre court passage sur terre. Elle est par définition un appel anti-œcuménique à la conversion de tous les dissidents et des fausses religions à la seule véritable église. 
2. L’idée d’un combat spirituel si nécessaire à notre temps provoque l’enthousiasme d’âmes généreuses, surtout parmi les jeunes gens, la volonté de s’abandonner au service d’un grand et fascinant idéal. Dans notre époque individualiste nous sommes en grand danger de nous refermer sur notre propre confort spirituel, de devenir autocentré et de ne concevoir la pratique religieuse que comme une affaire privée. Après une si longue période de terrible crise nous risquons d’oublier que nous appartenons à Notre Sainte Mère l’Eglise et que nous sommes responsables pour tous les membres du Corps Mystique du Christ. La MI nous permet de comprendre profondément l’immense NOUVEAU commandement de Notre Seigneur : « d’aimer notre prochain, comme il l’a aimé », c’est-à-dire de faire ce que nous pouvons pour le salut des âmes courant vers l’abysse de l’éternelle damnation. Nous serons joyeux et reconnaissants du retour aux vraies valeurs de toute personne à l’intérieur de l’Eglise. Nous souhaitons que, depuis la plus petite paroisse jusqu’au Vatican, ELLE, la Vierge Immaculée soit ramenée, et avec ELLE, toute la tradition catholique, à Sa vraie place. Nous ne pointerons pas du doigt les pauvres âmes spirituellement malades en disant avec mépris « je ne veux rien avoir à faire avec un tel hérétique », mais nous voulons faire ce que nous pouvons pour les ramener TOUTES à la vérité immuable de Notre Seigneur à travers l’Immaculée. 
3. La MI nous rend nos véritables identités de catholiques avec une compréhension profonde de notre rôle sur terre, celui de devenir des soldats de Jésus Christ se battant pour l’extension du Royaume de Dieu sur terre. Pour accomplir cette tâche primordiale, nous avons reçu le sacrement de la Confirmation. La Milice de l’Immaculée n’est pas tant un autre mouvement ou une association parmi tant d’autres avec ses prières et ses pratiques, mais est par essence comme une NOUVELLE LOI pour nos vies, disant : « quoique vous fassiez, vous le faites en tant qu’instrument entre les mains de Notre Dame, en tant que chevaliers de son armée, pour attaquer l’ennemi en le convertissant, et pour étendre le royaume du Sacré-Cœur de Jésus. » Si cette loi pénètre toute notre vie, nous ne gaspillerons plus notre temps, mais nous remplirons notre court séjour sur terre avec un maximum de grandes actions, les actions éternelles : sauver les âmes. 
4. Un autre aspect fascinant : ce mouvement est avide de l’utilisation des méthodes les plus modernes au service de l’Immaculée. Il donne à l’homme contemporain une nouvelle approche des mass media, qui sont essentiellement utilisées abusivement par les puissances des ténèbres pour suggérer les pires tentations. Comme la jeunesse est très éprise de leurs appareils électroniques, la MI se sert de cette attraction pour la mettre au service de l’Immaculée et du salut des âmes. Cet aspect peut amener de nombreuses personnes de l’extérieur à joindre la MI quand ils voient que ce mouvement s’adapte parfaitement à la situation et aux besoins de notre époque.

La MI est, en même temps, profondément ancrée dans l’esprit de prière et de sacrifice, qui sont les armes les plus importantes des chevaliers pour sauver les âmes. Elle remplit donc parfaitement la requête de Notre Dame de Fatima de prier et de faire des sacrifices, parce que tant d’âmes vont en enfer, parce que personne ne prie ni ne fait de sacrifice pour elles. De plus, les méthodes de Saint Maximilien pour la prière apostolique correspondent parfaitement aux difficultés de notre temps : avoir une profonde vie de prières. 
5. Cependant le point le plus important consiste en la place de Notre Dame, l’Immaculée, dans notre vie. La MI applique concrètement dans la vie quotidienne les maximes de Saint Bernard et de tous les saints mariaux, en particulier la Vraie Dévotion de Saint Louis Marie Grignon de Montfort qui enseigne « de faire toutes choses à travers Marie, avec Marie, dans et pour Marie ». Cela nous pousse à approfondir de manière concrète et pratique la compréhension de la Vérité de son Immaculée Conception et tout spécialement son rôle de Médiatrice de toute grâce qu’Elle utilise au profit de la conversion et la sanctification de tous les peuples. Cela fait comprendre au chevalier l’importance de l’Immaculée dans sa vie personnelle, et tout spécialement SA requête de L’aider à sauver de la damnation éternelle les enfants bien-aimés de l’Immaculée qui sont encore perdus dans l’erreur et le péché. Là le catholique apprend chaque jour quel est son rôle dans le monde et à quel point il prend part à la plus importante tâche qu’un homme puisse faire ici sur terre : donner aux autres « le sommet » de la joie éternelle. En même temps cela lui enseigne la nécessaire humilité : seul il ne peut rien faire, mais il peut tout en tant qu’instrument de l’Immaculée, en tant que son fidèle chevalier. 
6. Il est vrai que tous ces éléments peuvent aussi être trouvés dans la Légion de Marie qui était déjà rétablie dans sa fidélité à la tradition dans plusieurs pays. Mais la Légion de Marie est construite selon le schéma des légions romaines, un mouvement de soldats d’élite, qui demande beaucoup de ses membres. Au contraire, la Milice de l’Immaculée va vers tout le monde, même vers les plus paresseux, et ne demande presque rien pour devenir un chevalier. C’est le mouvement des masses qui lance tout le monde dans les traces de Notre Dame, forçant à Lui donner au moins un petit doigt – Elle se chargera par la suite de prendre la main et l’être tout entier. La Légion de Marie aux Philippines a découvert en la MI un extraordinaire moyen d’engager de nombreuses personnes visitées par les légionnaires pour les attacher étroitement à Notre Dame en les faisant Ses chevaliers. 
7. Fondé pour de larges masses, le mouvement contient toutes les possibilités de collaboration dans la tâche du salut des âmes : il invite tous ceux qui veulent servir l’Immaculée individuellement (MI 1), mais se charge aussi de l’apostolat ordinaire en groupes, cercles et associations pour atteindre un meilleur et plus large résultat apostolique (MI 2). En dernier lieu il invite les plus fervents membres à rejoindre l’élite spirituelle tendant à l’abandon total et à la vie héroïque de la consécration à SA personne (MI 3).
Jamais, dans le monde entier, un tel mouvement n’avait vu le jour, et il porte l’universalité de son saint fondateur : à la fois totalement contemplatif et actif, respectant chaque effort individuel et le rassemblement des masses, englobant l’idée de plus haut travail intellectuel (Académies de l’Immaculée) et les réalisations les plus pratiques, l’invariable et éternelle foi catholique avec ses 2000 ans de Tradition ainsi que les techniques et inventions les plus modernes de notre époque.

Le Supérieur Général étudia les arguments qui lui étaient soumis et accepta la fondation de la MI d’observance traditionnelle en Pologne. Le 6 mai 2000, le premier samedi du mois de Marie, environ 50 catholiques fidèles devinrent les premiers Chevaliers de l’Immaculée. Ils reçurent le « dyplomik » (petit diplôme), une copie de ce document écrit et signé par Saint Maximilien lui-même. Les fruits de cette fondation furent immédiats : augmentation de la générosité parmi les chevaliers, vie de prière régulière, esprit apostolique, exprimés tout spécialement par une augmentation intense de l’apostolat écrit (publications, livres, brochures, tracts) qui firent connaître la tradition catholique en Pologne. Grâce à la publication des textes de Saint Maximilien Kolbe lui-même et de ses camarades chevaliers écrits avant la Seconde Guerre Mondiale, bien des fidèles purent observer l’immense différence et même la contradiction entre les nouveautés à l’intérieur de l’Eglise dans l’esprit de Vatican II et la spiritualité et les idéaux des 50 premières années de la MI.

En 2002, les Pères Capucins traditionnels de Morgon désirèrent rejoindre la MI et l’établir en France. En 2004 les premiers prêtres américains établisssent la MI dans certains prieurés et certaines chapelles des Etats-Unis, la Suisse suivit en 2006. Mais tous les débuts résultaient généralement de l’engagement individuel « d’admirateurs » de Saint Maximilien et le mouvement était généralement inconnu dans le monde traditionnel (Pologne excepté). Seulement durant les trois dernières années il sembla que Notre Dame Elle-Même souhaita que Sa petite armée grandisse. Sans aucune publicité ou promotion spéciale, de plus en plus de fidèles s’intéressèrent, grâce à la publication de brochures et de livres concernant la MI ainsi que l’ouverture de trois importants sites internet Pologne, Suisse et Asie. En trois ans, le nombre de chevaliers fit plus que doubler, passant d’à peu près 5 000 en 2013 à 13 000 en 2016. Jusqu’à maintenant la prise en charge de la MI était laissée à l’initiative des prêtres de la MI qui essayaient par leurs propres initiatives de « faire quelque chose » avec la permission de leurs supérieurs. Afin d’unir les différents efforts et de constituer la MI comme une petite armée de la tradition catholique, le Supérieur Général – l’autorité suprême de la MI – délégua à votre serviteur le rôle de coordinateur international ou, selon les termes de Saint Maximilien, « le directeur » de la MI.

Si vous méditez un peu plus longtemps les sept points mentionnés ci-dessus concernant l’importance de la MI pour notre époque si particulière, vous comprendrez peut-être pourquoi cela est notre rêve d’amener 100 000 chevaliers dans les traces de Notre Dame pour le centième anniversaire de Ses apparitions à Fatima. Quand, en 1917, de gigantesques armées antichrétiennes émergèrent dans le monde (Franc-maçonnerie à Rome, communisme à Moscou), Notre Dame répondit avec Fatima et la fondation de la MI. En 2017 les armées antichrétiennes célèbrent leur anniversaire comme un symbole de triomphe dans leur domination totale du monde. Ne pensez-vous pas que Notre Dame souhaite à nouveau répondre avec SA petite armée, « ses apôtres des temps derniers » (Saint Louis Marie Grignon de Montfort), Ses enfants consacrés à SON Cœur Immaculé (Fatima), SES fidèles chevaliers (Saint Maximilien Kolbe) ?

Permettez-moi de conclure par une humble requête adressée à chacun d’entre vous : le 14 août nous célèbrerons le 75ième anniversaire de la mort héroïque de Saint Maximilien. Pourriez-vous s’il vous plaît faire tous les efforts possibles pour trouver UN catholique et le convaincre de rejoindre la Milice de l’Immaculée avant cette date ?!

Jour de la fête de « LA REINE MARIE », le 31 mai 2016

Avec ma bénédiction,
Votre dévoué,
Abbé Karl Stehlin