11 février 2017

[Mgr Williamson - Initiative St Marcel] Cinq Cents

SOURCE - Mgr Williamson - Initiative St Marcel - 11 février 2017

« Commentaire » – voilà des paroles pas lourdes.

« Eleison » – Seigneur, pardonnez-nous nos bourdes !
Ce numéro-ci du « Commentaire Eleison » en date de la Fête de Notre Dame de Lourdes, 2017, est le 500ème numéro depuis le premier qui a paru le 6 juillet, 2007. Depuis neuf ans et demi le « Commentaire » paraît à l’Internet une fois par semaine, normalement le samedi s’il n’y a rien qui le retarde, et chaque semaine avec peu d’exceptions. Le samedi aussi par un fichier électronique il atteint des milliers d’abonnés. On le trouve à stmarcelinitiative.com en anglais, français, allemand, italien et espagnol, et qu’il soit dit ici que si jamais quelqu’un cesse de le recevoir par courriel alors qu’il ne s’est pas désabonné, ce ne sera jamais les administrateurs du fichier qui l’auront élagué. Cela arrive normalement par quelque malheur électronique, par exemple quand un ordinateur prend sur lui-même de le reléguer au « Spam ». Sur d’autres sites le « Commentaire » paraît chaque semaine en tchèque, japonais, coréen et portugais.

Le « Commentaire » n’est jamais très long, même si de temps à autre un Supplément l’accompagne. En anglais il tourne autour de 700 mots, plus ou moins autant de matière qui se laisse caser sur une page A4 avec des lettres de taille 12. Telle brièveté a l’avantage que tout lecteur pressé peut être sûr que la lecture du « Commentaire » ne lui prendra jamais plus que quelques minutes chaque semaine. Par contre la même brièveté a l’inconvénient qu’il est rare que le « Commentaire » approfondisse tel ou tel sujet. De temps à autre paraîtront quelques numéros sur le même sujet pour l’examiner d’un peu plus près, mais même dans ce cas-ci le contenu n’aura aucune prétention d’être savant. Les savants déploient normalement bien plus de 700 mots pour prouver une thèse, et bien des lecteurs aujourd’hui n’ont guère le temps de lire beaucoup plus que 700 mots.

Ce qu’essaie de faire le « Commentaire », c’est d’argumenter à partir de la réalité du monde moderne qui nous entoure pour établir une connexion raisonnable et cohérente entre d’une part cette Foi catholique sans laquelle personne ne se sauve (Héb. XI, 6), et d’autre part ce scénario toujours plus sombre du monde et de l’Église tel que nous le connaissons. Aux lecteurs de juger pour eux-mêmes si le « Commentaire » y réussit ou non. Il n’est certainement pas infaillible, ayant pour auteur un évêque catholique chassé de toute structure officielle, et deux fois déclaré « excommunié » (1988 et 2013) par la Rome officielle, encore que cela pourrait être plutôt un honneur qu’un déshonneur, Dieu le sait. Mais s’il devait lui-même revoir tous les numéros passés il pourrait y trouver des jugements qu’il devrait réviser à la lumière des événements subséquents. Par exemple on l’y trouve à se plier en deux pour être gentil envers les hommes d’Églis e responsables du Concile et de l’après-Concile, mais comme Don Putti, fondateur de SisiNono lui a dit une fois, « Sono tutti delinquenti » – objectivement, ce sont tous des délinquants.

Ainsi, bien des lecteurs du « Commentaire » peuvent le trouver sombre et trop pessimiste, mais leur auteur se doute que s’il a erré c’est plutôt en ayant été un peu trop optimiste. Paradoxalement le supposé archi-conservateur de la Fraternité St Pie X et le supposé archi-critique de la Néo-église peut sembler ménager beaucoup ceux qui pratiquent la religion du Novus Ordo. Lui-même, il prétendrait qu’il ne fait que suivre St Augustin : « Tuez les erreurs, aimez ceux qui errent », mais il y en a qui seraient moins gentils, en prononçant que l’auteur du « Commentaire » est depuis toujours un archi-libéral déguisé – ah, quel délice, que ces sages de notre temps ! En tout cas il ne pense pas que le « Commentaire » puisse surv ivre jusqu’à son millième numéro. Il s’attend à ce que cette électronique au ciel dont le « Commentaire » dépend sera bientôt ou bien descendu par la guerre, ou bien paralysé sur terre par les agents du Nouvel Ordre Mondial dont les mensonges ont tellement eu à souffrir de l’Internet, malgré toutes ses misères.

En attendant, tout honneur et remerciements au Bon Dieu et à Notre Dame de Lourdes pour tout petit bien que le « Commentaire » ait pu faire aux âmes jusqu’ici, et que les âmes prient pour qu’autant de numéros auxquels la Providence permettra de paraître à l’avenir puissent répandre lumière et chaleur.

Kyrie eleison.